Une dernière danse et puis s’en vont

Feel Good

Octogénaire : (non masculin) Personne qui a entre quatre vingt et quatre vingt dix ans. Adjectif réducteur s’il en est, ramenant l’humain à un âge et non à l’être qu’il est, qu’il a été et qu’il sera encore. La littérature leur rend trop peu hommage, Virginie Grimaldi leur donne sous sa plume leur lettres de noblesse.

Quand nos souvenirs viendront danser, Virginie Grimaldi

Grandir n’est jamais simple. On quitte le cocon doux et rassurant des bras de sa maman pour aller vivre de nouvelles aventures, telles que marcher seul. Puis vient le temps des anniversaires avec les copines, des soirées pyjamas. Un début d’émancipation qui fait peur, mais qui est nécessaire. Pour l’un comme pour l’autre, même si le cœur est gros et les larmes jamais bien loin du bord des yeux.Arrive l’âge ingrat où le monde nous en veut clairement et se ligue contre nous. A la majorité, on tente de se prendre au sérieux et d’être plus grave que les figures adultes qui nous entourent. On se retrouve à être engoncé dans un costume ridicule. Pour au finalement se rendre compte que grandir et vieillir n’ampute en aucun cas notre âme d’enfant. Et que sans elle la vie serait bien triste.

Les Octogénaires de l’impasse des Colibris l’ont bien compris, et s’apprêtent à vivre sous la plume de Virginie Grimaldi, leurs dernières facéties de grands enfants, dans son génial dernier roman Quand nos souvenirs viendront danser :« Lorsque nous avons emménagé impasse des Colibris, nous avions vingt ans, ça sentait la peinture fraîche et les projets, nous nous prêtions main-forte entre voisins en traversant les jardins non clôturés. Soixante-trois ans plus tard, les haies ont poussé, nos souvenirs sont accrochés aux murs et nous ne nous adressons la parole qu’en cas de nécessité absolue. Nous ne sommes plus que six : Anatole, Joséphine, Marius, Rosalie, Gustave et moi, Marceline. Quand le maire annonce qu’il va raser l’impasse – nos maisons, nos mémoires, nos vies –, nous oublions le passé pour nous allier et nous battre. Tous les coups sont permis : nous n’avons plus rien à perdre, et c’est plus excitant qu’une sieste devant Motus. » À travers le récit de leur combat et une plongée dans ses souvenirs, Marceline raconte une magnifique histoire d’amour, les secrets de toute une famille et la force des liens qui tissent une amitié. »

Au même titre qu’on a souvent du mal à attribuer une vie autre que nous, enfants, à nos parents, il est inconcevable que nos grands parents aient été jeunes et fougueux. Ce sont des œillères particulières portées dans sur les générations familiales. Dans son roman, Virginie Grimaldi nous rappellent que non seulement ils ont eu la même vie que nous vivons actuellement, et qu’ils ont un passé qui leur est propre. Ces Octogéniaux, comme on les surnomme, nous surprenne par leur fougue, leur ferveur et surtout leur sens de la répartie. Sans filtres et sans complexes.

L’alternance des frasques de ces voisins avec le journal morcelés des grandes étapes de la vie de Marceline nous apportent des éclairages nouveaux sur les événements qui se déroulent au fil des pages. La vie n’a épargné personne, mais leur résilience a été la plus forte. On assiste à un beau récit de vie, avec toute la palette des sentiments qui l’accompagne. J’ai ri, été ému, et pleuré, mais de rire.

Si vous êtes en retard pour finir vos cadeaux de Noel ou que vous manquez cruellement d’idées, sachez qu’un livre de Virginie Grimaldi est toujours une belle surprise,  et qui plus est, Quand nos souvenirs viendront danser, en cette période de fêtes et de réunions familiales, qui réchauffent le cœur.

Belle lecture à vous !

Quand nos souvenirs viendront danser de Virginie Grimaldi est disponible aux Editions Fayard.

En flegme et contre tous

Feel Good

Succube : (nom masculin) Entité démoniaque qui prend l’apparence d’une femme séduisante pour charmer les hommes pendant qu’ils dorment et qu’ils rêvent pour mieux leur voler leur énergie vitale. Ou ennemis élémentaires de feu dans la saga Final Fantasy. J’ai été un peu geek à l’adolescence.

Bienvenue à High Rising, Angela Thirkell

Un hiver à la campagne anglaise, dans un cottage avec cheminé, c’est un de mes rêves depuis que j’ai vu The Holiday. Je l’ai réalisé en partie cet hiver en m’évadant à High Rising, petite bourgade où tout activité est connu de tous. Surtout, il ne s’y passe rien, ou si peu de choses, que la propagation des secrets d’alcôve, principale activité des cuisinières et secrétaires.

Bienvenue à High Rising met en scène quelques membres de la bourgeoisie anglaise, aux proies à des tracas somme toute triviaux, qui animent leur vie sinon banales. Angela Thirkell brosse le portrait de ses contemporains des années 1930, et dans un sens, d’elle même, en mettant en scène une romancière à succès, Laura Morland : « Noël 1930. Alors que Laura Morland, romancière à succès, n’aspirait qu’à quelques semaines de repos loin de l’agitation londonienne, la voilà plongée au cœur des intrigues de la vie de campagne. Son cher ami, le riche George Knox, est la proie d’une sournoise secrétaire, déterminée à s’élever au-dessus de son rang en se faisant épouser. Laura saura-t-elle le tirer de ce mauvais pas ? Et par la même occasion aider la jeune et innocente miss Sibyl Knox à conclure le mariage dont elle rêve depuis toujours ? »

Il y a dans la plume anglaise de l’auteure un je ne sais quoi de flegme et d’humour au second degré, chers à mon cœur. Sur 300 pages, nous assistons à des manigances, des sautes d’humeur et de longues discussions autour de thé fumant. Le tout cristallisé autour d’une intrigante, Mlle Grey, qui brouilles pistes quant à ses intentions et qui passe pour être passablement dérangé. Ajouter cela un enfant monomaniaque de trains qui accaparent la parole, mais qui détient la vérité, et vous passerez un agréable moment avec cette « gentry » adorablement loufoque et à côté de la réalité.

J’ai une appétence pour ce style de roman de mœurs, où peu de choses ce jouent, mais où beaucoup est dit sur un mode de vie, une société et ses habitudes. Bienvenue à High Rising a répondu à toutes mes attentes. Et sa couverture enneigée à mon attente de Noël.

Belle lecture à vous !

Bienvenue à High Rising d’Angela Thirkell est disponible aux éditions 10/18.

liberté chérie

Horreur

Taxidermie : (nom féminin) art de préparer, d’embaumer les animaux morts. Aux XIXe siècle, ces derniers étaient exposés dans des cabinets de curiosité ou servaient de modèles aux artistes peintres. Cet art permet d’insuffler de réparer un corps et de lui redonner une splendeur factice.

La fabrique de poupées, Elizabeth Macneal

Il y a quelques semaines, via l’intermédiaire de My Little Book Club, j’ai eu la chance de rencontrer Elizabeth Macneal pour la sortie de son roman La Fabrique de Poupées. Je me suis plu à l’écouter parler de son roman, d’une cheminement qu’à été l’écriture dans sa vie, et la tournure qu’a prise cette dernière. Le tout comté avec cet accent écossais, que je chéris, tant depuis mon Erasmus.

L’auteure nous entraîne dans la période historique qu’elle préfère, la fin du XIXe siècle. Celle d’un Londres crasseux et bruyant, aux proies en changement. Magnifiquement traduite par la place centrale de l’Exposition Universelle, au cœur de l’intrigue. Nous sommes dans le Londres digne de Sherlock Holmes : « Londres, 1850. L’Exposition universelle va bientôt ouvrir ses portes dans le tout nouveau Crystal Palace, et les badauds se pressent pour venir admirer cette merveille. Parmi eux, Iris, modeste employée dans un magasin de poupées, à la beauté mâtinée de difformité, qui rêve de devenir artiste peintre. Et puis il y a Silas, taxidermiste amateur de macabre et de curiosités, désireux d’y exposer ses créatures. Ces deux-là se croisent, et leurs destins en seront à jamais bouleversés. Iris accepte bientôt de poser pour Louis Frost, un jeune peintre préraphaélite. Avec lui, le champ des possibles s’élargit, et le modèle, avide de liberté, découvre peu à peu l’art et l’amour. Mais c’est compter sans Silas, qui rôde non loin de là, tapi dans l’ombre, et n’a qu’une idée : faire sienne celle qui occupe toutes ses pensées, jusqu’à l’obsession... »

C’est l’histoire d’une émancipation. Celle d’une enfant devenue adulte, qui brave ses parents pour sa liberté. D’une sœur jumelle revendiquant son identité propre, peu importe ce que que l’autre peut penser d’elle. D’une jeune femme voulant vivre de son art, à l’égard de ses pairs masculins. C’est l’histoire d’un amour libre qui fait fi des conventions de l’époque. Mais c’est également l’histoire d’une fascination morbide, pour une image volée, une vie rêvée, un instant égaré.  Une ombre plane, tapi dans les recoins poisseux de la ville.

Ce chemin vers la liberté ne va pas sans embûches. D’une éducation stricte, aux jugements puritains à la vie de bohème et la muse d’un peintre et de son wombat, Iris au cheveux et tempérament de feu va faire faire éclater la cloche de verre qui la maintenait au statut de Poupée de porcelaine, pour se mettre à marcher et gagner le droit d’être celle qu’elle désire tant être.

Sur le papier, La Fabrique de Poupées d’Elizabeth Macneal a tout pour plaire. L’idée est belle et l’époque est plaisante à lire. Je me suis malgré tout un peu ennuyée, trouvant le style un peu trop ampoulé et certaine scène longue et inutile. Je vous laisse vous faire votre propre idée.

Belle lecture à vous !

La Fabrique des Poupées d’Elizabeth Macneal est disponible aux Éditions Presse de la Cité.