Jolies Choses – Janelle Brown

Thriller psychologique

« L’enfer, c’est les autres » Huis-Clos, Jean-Paul Sartre.

En 2011, j’ai quitté ma Bretagne chérie pour aller vivre – et accessoirement travailler – à Paris. Pourquoi ce choix quand bon nombre de personnes de ma promotion préférait rester dans un environnement familier me demanderez-vous ? Parce qu’outre le fait que la plupart de mes amis proches y vivaient à l’époque – nous avons tous fui depuis – j’étais attirée par le faste, les lumières de la ville. Les réseaux sociaux étaient moins prépondérants que maintenant, mais les blogs modes et d’humeur des filles de mon âge pullulaient, et la possibilité d’être une Carrie Bradshaw 2.0 assez attrayante. Cette série qu’est Sex in the City, bien que géniale, nous aura quand même bien lavé le cerveau.

Puis vint l’ère des Foursquare et autre Twitter – RIP le premier et au secours mon second désormais (je parle d’un temps que les moins de trente ans ne peuvent pas connaître). Avec ce sentiment de ne jamais être au bon endroit au bon moment, de toujours louper quelque chose de mieux – de mieux en quoi on ne sait pas – et de ne plus jouir pleinement des moments plus vrais, plus intenses, de ceux qui vous créent de vrais souvenirs.

Ces dernières années, Instagram est devenu la plateforme chouchou des influenceurs et autres blogueurs, montrant des vies aux esthétiques léchées, des corps aux plastiques parfaites, des lieux somptueux des vies de rêves. En parallèle, la temps a filé, la maturité a pointé le bout de son nez. Paris est devenu plus grises, les paillettes ont bavé pour finir par s’estomper. Le réseaux c’est bien, il faut savoir lire entre les lignes. La vraie vie est tellement plus belle, avec ses imperfections du quotidien. Même si j’aime cet environnement ouaté qu’est mon bookstagram, et que j’essaie de rendre belles mes photos. Schizophrénie des temps modernes, quand tu nous tiens.

Des profils publics aux photos fastueuses peuvent susciter envie, jalousie… et même parfois donner l’idée de fomenter l’arnaque du siècle. Instagram est le terrain de chasse de la terrible Nina pour repérer ses futures proies, quand il donne su lustre et un intérêt à la vie de Vanessa, riche héritière désœuvrée. Bienvenue dans Jolies Choses de Janelle Brown.

« Deux femmes. Nina gagne sa vie en escroquant la jeunesse dorée de Los Angeles qu’elle traque sur les réseaux sociaux. C’est une vieille histoire… Enfant, elle a déjà vu sa mère se débrouiller pour lui donner une vie digne de ce nom en se jouant allègrement de la légalité. Aujourd’hui, Nina est prête à tout pour sauver sa mère gravement malade, même à tenter le coup le plus audacieux, le plus dangereux de sa carrière…
Vanessa est une jeune héritière, au compte en banque illimité, qui rêve de laisser son empreinte sur le monde, de faire de grandes choses. Pour l’heure, elle se contente d’être influenceuse sur Instagram. Mais derrière la façade plaquée or, sa vie est émaillée de drames…
C’est au bord du lac Tahoe, dans une somptueuse villa, que Nina et Vanessa se rencontrent. Mais qui sait si leurs chemins ne se sont pas déjà croisés ? Désir, duplicité et vengeance… Qui ment, qui tire les fils de l’incroyable jeu de tromperie et de destruction qui s’installe entre les deux femmes ? Une seule certitude : c’est une question de survie.
« 

Nina. Dont le passe temps favori est de jouer aux chats et à la souris avec des riches personnes désœuvrées, qu’elle va intelligemment plumer. Assez peu pour qu’ils s’en inquiètent, assez pour lui permettre dans faire son gagne pain et prendre une revanche sur la vie quelle n’a pas eu. Sur la chance qui n’a jamais été sienne. En bref, de prendre de revers la fortune.

Vanessa. Dont le passe temps favori est le selfie dans les dernières créations Haute Couture, avec ses amies influenceuses, qui l’accompagnent dans toutes ses tribulations. Jusqu’à ce qu’elle décide de changer d’images et de se recentrer sur ses valeurs, et ses origines. S’ancrer à la terre et s’attirer des foudres de ceux qui tantôt l’adulait.

Deux femmes. Liées par un passé qu’elles n’ont pas partagé mais qui les rattrape malgré tout. Liées par des faux semblants dont elles usent jusqu’à la corde, au point de ne plus être certaines de qui elles sont vraiment, de savoir quelles sont leurs personnalités propres. Liées par les jolies choses, rappels de souvenirs en tous genres, de blessures encore vives, de plaies toujours béantes. Peut-il être malgré tout concevable que ces bluseuses deviennent les blusées ?

Avec Jolies Choses, Janelle Brown passe au vitriol les réseaux sociaux, et la perception que nous avons des contenus auxquels nous sommes soumis. Quand certains sont prêts à sacrifier leurs âmes pour que des inconnus les adulent, courant après un nombre de like incommensurables, d’autres convoitent leurs vies – aussi irréelles puissent elles être, et les jalousent en tapinois. Le jeu n’en vaut clairement pas la chandelle, puisque la vérité est souvent autre.

Belle lecture à vous !

Jolies Choses de Janelle Brown est disponible aux éditons Les Arènes, collection Equinox

Une réflexion sur “Jolies Choses – Janelle Brown

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.