Lady Rose

Feel Good

« Il écrivait en abrégé ; sa fleur bien trop tôt s’est fanée, Et une mort prématurée a fait de lui un abrégé » Epitaphe (grinçant à souhait mais étant une personne de petite taille je me sens parfois moi-même abrégée et serais encline de le lui emprunter le temps voulu) de William Lawrence.

Les enquêtes de Lady Rose, MC Beaton

De mon Erasmus écossais, j’ai hérité de quelques petites choses. Un amour immodéré pour le roux, dont j’use et j’abuse sur ma chevelure corbeau. Une descente de verre(s) pas piquée des hannetons. Un sens de l’humour grinçant et cynique conjugué à un flegme à toute épreuve. De loin, ce portrait ressemble à s’y méprendre à Bree Van der Kamp. Il faudrait que je songe à une introspection à l’occasion.

Cynisme et Flegme donc seront les termes que nous choisiront de retenir. Ainsi lorsqu’une jeune femme de l’aristocratie fait tout pour s’émanciper du joug de ses parents au lieu de se marier et s’enfonce dans un pétrin sans commune mesure, cela ne pouvait qu’attirer mon attention et ravir le début des mes vacances estivales. Ainsi entra dans ma vie la Lady Rose de MC Beaton : « Belle et rebelle, telle est Lady Rose. Après s’être compromise avec les suffragettes, au grand désespoir de ses parents, la jeune fille de bonne famille fait une entrée désastreuse dans la haute société londonienne… Ce qui ne dissuade pas un Sir aux allures distinguées de lui faire les yeux doux. Très louche, selon le père de Lady Rose, qui charge le capitaine Harry Cathcart, aristocrate désargenté, d’en savoir plus sur le prétendant… En démasquant un imposteur, Harry se découvre des talents de détective privé. Et une petite fortune à se faire ! Lorsqu’au beau milieu d’une réception, un meurtre est commis, il propose à Lady Rose de faire équipe avec lui. L’occasion idéale pour l’indocile jeune femme d’échapper à la chasse au mari…« 

Depuis que j’ai lu ( et suis éperdue tombée en admiration de) Agatha Christie, j’aime à me plonger dans des enquêtes en huis clos. Dont les meurtres exécutés le sont souvent pour des raisons triviales et / ou pécunières. Je me fourvoie souvent dans la résolution, mais la chasse aux indices me plait et apporte du piquant à ma lecture. Et surtout, ce que je préfère par dessus tout, la dissection des mœurs des notables qui se croient au dessus des lois par expression divine ou toute autre faculté inhérente à la naissance.

J’ai aimé rencontrer Rose Summer et sa rébellion assumée. Sa dame de compagnie Daisy et son langage fleurie. Le détective privé Harry Cathcart, fervent adepte du « vivons heureux, vivons cachés (des scandales) ». Son valet Becket, intriguant de l’ombre. A eux quatre ces joyeux drilles révolutionnent allégrement leur monde, et se révèlent être de fins limiers.

Vous l’aurez compris, je ne saurais que chaudement vous recommander d’accompagner votre thé estival des Enquêtes de Lady Rose, de MC Beaton.

Bonne lecture à vous !

Les Enquêtes de Lady Rose – Meurtre & Séduction et Soupçons et Préjugés de MC Beaton sont disponibles aux éditions Albin Michel

Une réflexion sur “Lady Rose

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.