La carte postale

Biographie

« J’ai reçu une lettre, il y a un mois peut être // Arrivée par erreur, maladresse de facteur » La lettre, Renan Luce. Celle adressée à la famille d’Anne Berest est bien arrivée à destination, en apportant son lot d’énigmes et de questions. De quêtes et de recherches. D’apprentissages et de vérités.

Il est rare de nos jours de recevoir du courrier manuscrit, que ce soit de belles lettres ou d’anodines cartes postales. Mais quel plaisir d’en découvrir dans sa boite aux lettres, d’en découvrir leur contenu, et ce, non dans l’instantanéité mais dans une certaine langueur, latence. J’ai longtemps songé à entretenir une correspondance manuscrite, mais lasse de trouver réponses, j’ai abandonné.

Certaine carte recèle des trésors, caché, enfoui. Sont un trésor en elle même par le fait d’avoir été pensée, écrite et puis postée. Parce que leur histoire est intimement liée à l’Histoire.

« C’était en janvier 2003. Dans notre boîte aux lettres, au milieu des traditionnelles cartes de voeux, se trouvait une carte postale étrange.Elle n’était pas signée, l’auteur avait voulu rester anonyme.
L’Opéra Garnier d’un côté, et de l’autre, les prénoms des grands-parents de ma mère, de sa tante et son oncle, morts à Auschwitz en 1942.
Vingt ans plus tard, j’ai décidé de savoir qui nous avait envoyé cette carte postale. J’ai mené l’enquête, avec l’aide de ma mère. En explorant toutes les hypothèses qui s’ouvraient à moi. Avec l’aide d’un détective privé, d’un criminologue, j’ai interrogé les habitants du village où ma famille a été arrêtée, j’ai remué ciel et terre. Et j’y suis arrivée. »

Une carte en point de départ d’une quête. Celle d’une famille, des membres qui l’ont façonnée, de ceux qui la forment toujours, parcellaire et morcelée, comme tout un chacune. Une quête de ses origines. Une quête dans d’une histoire, de celles tragiques qui ont fait l’Histoire, et qui par devoir de mémoires, ne doivent ni être effacées, ni oubliées.

Une quête d’une religion, de son fondement, de sa compréhension. Quel sens cela a vraiment. A titre personnel. Aux yeux des initiés. Aux yeux des novices.

Une quête sur une femme – une fille, une mère, une amante – cette grand mère dont on ne connait peu, mais qui est la clé, somme toute.

J’ai mis du temps à me plonger dans la Carte Postale d’Anne Berest. Et ce fut un erreur. J’ai été happée par l’histoire de sa famille, prise aux tripes par l’horreur de la Shoah, en colère contre l’antisémitisme et l’intolérance. J’ai vécu cette lecture qui a fait vivre en moi milles émotions. Roman finement mené et d’utilité publique, à recommander et faire lire, sans modérations.

Belle lecture à vous !

La Carte Postale d’Anne Berest est disponible aux éditions Grasset

4 réflexions sur “La carte postale

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.