La fille au fer à repasser

Feel Good

Voyage : (nom masculin) Action de se rendre dans un lieu relativement lointain ou étranger ; séjour ou périple ainsi fait. L’est tout autant une exploration, découverte, description de quelque chose qu’on suit comme un parcours . Les deux ne sont pas incompatibles, et c’est ainsi qu’un séjour anodin peut se transformer en périple d’une vie, celui qui créé des liens indéfectibles et permet de dénouer ceux qui nous rongent, nous blessent, nous usent.

Eugène et moi, Katherine Pancol

Un voyage comme initiation. Quitter ses habitudes confortables et sa langue maternelle pour sillonner seul un pays inconnu est la plus belle manière de faire de nouvelle rencontre, mais aussi de se retrouver, se trouver soi même. Profiter de cette opportunité comme d’une aventure qui nous change en bien et nous fait murir, pour se recentrer sur l’essentiel et rétablir un sens des priorités, un équilibre qui pouvait être inexistant.

Un voyage comme fuite. Quand les problèmes s’amassent, qui n’a jamais de claquer la porte, partir loin et ne jamais revenir ? « Si c’est comme cela, je m’en vais.  » J’ai tenté ce genre de rébellion à l’âge de 3 ans, doudou en main et sac à dos éléphant, la porte à peine ouverte, je suis retournée me cacher sous ma couette. Parfois, cette fuite est nécessaire pour mieux rebondir et affronter ces problèmes de front.

Un voyage comme une expérience unique. Cette richesse des cultures, des lieux, des rencontres. Qui commence parfois dès les portes d’embarquement. A l’instar de celles de Katherine et Eugène, leur jeunesse en bandoulière, leur beauté en insolence. Bienvenue dans le dernier roman de Katherine Pancol, Eugène et moi. »Elles n’ont rien en commun, si ce n’est une féroce envie d’indépendance. Elles vont pourtant se lancer ensemble dans une aventure qui les mènera de Paris au Mexique puis à Saint-Tropez. De chaos en cahots, elles vont apprendre à devenir celles qu’elles ont envie d’être. Katherine, la blonde et Eugène, la rousse n’ont rien en commun sauf leur vingt ans et un mot d’ordre : « sans risque la vie est trop triste ». À l’affût des moindres surprises de la vie, Eugène initie Katherine à la liberté la plus radicale. On tremble, on rit, on court derrière elles de Mexico à Paris et de Paris à Saint-Tropez en plein coeur des années 70.« 

La plume unique de l’auteure nous offre une belle histoire, celle d’une amitié entre deux femmes, à l’instar de celle qui s’est construite -brève mais intense – entre Thelma et Louise. Point de road movie ou de meurtre ici, mais la volonté d’être respectée et aimée en tant que femme. De ne pas être des trophées exhibés à la merci des hommes, mais d’exister pour elle même et par elle même. Et c’est à cet exercice que Katherine Pancol excelle. Traiter des sujets lourds, tristes voire sordides avec cette plume chantante et virevoltante qu’est la sienne. Qui nous offre ainsi toujours l’espoir de jours meilleurs, quoiqu’il puisse advenir.

Lire c’est avant tout voyager, votre destination est ici toute trouvée. Eugène et moi est le parfait roman à dévorer en cette période de morosité exacerbée – le mois de novembre et sa déprime en prime – qui vous fera voir du pays d’Acapulco à Saint Tropez, au rythme des pérégrinations des nos héroïnes.

Belle lecture à vous !

Eugène et moi de Katherine Pancol, illustré par Anne Boudart, est disponible aux éditions Albin Michel

Une réflexion sur “La fille au fer à repasser

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.