Mangoustan

Non classé

Mangoustan : ( nom masculin) Arbre des régions tropicales donnant un fruit très estimé, au nom éponyme. Nom donné au plus fort typhon tropical mondial en 2018 – Mangkhut – qui a ravagé les Philipines, Hong Kong ainsi que le sud de la Chine.

Mangoustan, Rocco Giudice

« On dit que le battement d’ailes d’un papillon peut engendrer un typhon à l’autre bout du monde.  » Cette citation est extraite du film L’effet Papillon, datant de 2004. Tout allant de mal en pis pour les protagonistes, à chaque fois qu’un infime détail de leur passé était modifié. J’en garde un très bon souvenir, tant de l’intrigue que du jeu des acteurs, mais surtout cette idée, ténue, qu’un grain de sable dans un rouage peut tout modifier. Pour le meilleur comme pour le pire.

Deux ans plus tard, le génial Alejandro Gonzalez Inarritu prenait cette idée pour nous proposer le génial Babel. Quand un coup de feu dans le désert marocain impacte par ricochet plusieurs personnes, en proies à leurs démons et que ne rien ne prédestinaient à être liées.

C’est cette même idée, de trois destins sellés, liés malgré eux, par un lieu, par le fait d’être une femme, qui nage dans le paraître pour tout simplement être. Etre plus que le faire valoir des hommes puissants qu’elles côtoient. Etre plus qu’une femme objet, mise en avant pour sa plastique, ses talents culinaires ou l’éducation des enfants. Mais parfois faut il vivre l’inconcevable pour avancer. Bienvenue dans l’oeil du cyclone, bienvenue dans Mangoustan de Rocco Giudice : « Avis de gros temps sur Hong Kong. Alors que Mangoustan, le super-typhon le plus puissant jamais observé depuis 1946, s’apprête à balayer la colonie, trois femmes affrontent leur tempête intérieure. Planquée derrière ses lunettes de soleil, Melania dissimule de plus en plus mal le mépris qu’elle ressent pour son butor de mari. Fût-il orange et président des États-Unis. Plaquée sans cérémonie après trente-cinq ans de mariage, Laure traîne son spleen entre Genève et Bali. Femme-trophée pétrie d’ambition, Irina l’Ukrainienne peine à percer le plafond de verre. Trois femmes au bord de la crise conjugale. Trois femmes dans l’œil du cyclone. »

Trois femmes, trois destins distants mais si semblables. En proie à leurs démons intérieurs, leur essence même. Qui sont elle si on soustrait le regard posé sur leur moitié ? Trois femmes, un lieu. La ville de Hong Kong, portraitisée ici comme une ancienne maîtresse désabusée, qui ne tisserait que des liens superficiels. Trois femmes, un lieu, une tempête. Que dis je un typhon. Nous sommes loin de mes chères tempêtes bretonnes. Un typhon donc, qui trouve une résonnance particulière, un écho, en chacune des protagonistes. Qui se voudra métaphore d’une lutte féministe, qui s’annonce telle une bataille sans merci, une lutte sans pitié.

Je reste tout de même perplexe face à cette lecture, notamment par le rôle engagée donnée à la Première Dame américaine et par l’appât du gain plus que des valeurs, qui est ici prôné. Très certainement au second degré.

Mangoustan de Rocco Giudice c’est la mise en abime du destin de trois femmes, antagonistes mais si proches, dans ce marasme qu’est leur vie, dans ce marasme qu’est une vie à reconstruire, pour espérons-le, allez de l’avant.

Bonne lecture à vous !

Mangoustan de Rocco Giudice est disponible aux éditions Pocket.

Une réflexion sur “Mangoustan

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.