On ne badine pas avec l’amour

Feel Good

Vacances : (nom féminin) Période de congés des personnes en activité. Pour ma part, j’aime quand elles sont un juste équilibre d’activités sportives et de farniente. C’est peut être même la seule période de l’année où je délaisse la lecture, pour profiter de l’instant présent et de ceux qui m’entourent.

L'ivresse des Libellules, Laure Manel

Les amis. Les miens sont une seconde famille. Certes ils sont disséminés au quatre coin de l’Hexagone, voire du Globe, mais malgré la distance et le peu de communication parfois, la conversation reprend son cours avec une facilité déconcertante, et les moments passés, aussi brefs et éphémères qu’ils soient, créent toujours de bons souvenirs.

Les amis. Peu peuvent se targuer de ce qualificatif. Ils sont là que la vie soit une fête ou une cacophonie. Présents pour le meilleur et pour le pire, à n’importe quelle heure du jour et de la nuit. Et ce, uniquement poussé par ce que leur dicte leur cœur.

Les amis. Source intarissable de scénarios de films ou intrigues de roman, ce sujet a été maintes fois traitées, en cinéma et littérature. On pense forcément aux Petits Mouchoirs ou encore Barbecue, où les vacances deviennent un lieu de règlements de compte, de jugements de valeur ou encore. Des vacances au pugilat, il n’y a qu’un pas, allègrement franchi.

Les amis. Au centre du troisième roman de Laure Manel, L’ivresse des Libellules. Le choix de vacances sans enfants, pour se retrouver réellement. Les enfants, l’éducation comme source de crispation et de discorde, ne s’invitent pas à la fête. Pour mieux savourer ce moment de retrouvailles. Cette parenthèse enchanteresse annuelle, qui du rêve va devenir cauchemar.

« Quatre couples d’amis dans la quarantaine décident de s’octroyer des vacances sans enfants dans une villa de rêve.
Mais l’ambiance qui se voulait insouciante et idyllique ne tarde pas à se charger d’électricité. La faute aux caractères (et petites névroses) de chacun, aux modes de vie différents, à l’usure et la routine qui guettent les amoureux quand s’invite le quotidien, et à des parents qui ont oublié ce qu’était leur vie lorsqu’ils ne l’étaient pas encore…
Quand débarque une jeune et jolie célibataire, le groupe est plus que jamais au bord de l’implosion.
« 

Laure Manel croque un moment de vie, vrai, dans les doutes, les blessures, mais également dans l’espoir et le bonheur. D’une amitié qui ne souffre ni du temps, ni des remarques. D’une relation de bonté et d’écoute, malgré les sentiments et ressentiments de chacun. D’une volonté farouche de protéger ceux que l’on aime, peu importe le prix, même si cela égratigne au passage quelques égos qui s’en remettront. De quatre couples aux antipodes les uns des autres, mais à la recherche d’un même but, aimé et être aimé en retour.

L’ivresse des Libellules est la parfaite lecture de l’été, à lire accompagné d’un cocktail frappé, et entouré de ceux que vous aimez.

Belle lecture à vous !

L’ivresse des libellules de Laure Manel est disponible aux éditions Le Livre de Poche

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.