Fluctuat nec mergitur

2019, Rentree Litteraire

Traumatisme : (nom masculin) Choc émotionnel très violent. Il redessine les contour de notre personnalité ou la façonne entièrement. On peut essayer de passer outre, comme n’avoir la force que de le subir. Chacun est seul face à lui même, avec des réactions pour le moins imprévisibles.

Une fille sans histoire, Constance Rivière

Traumatisée. C’est ainsi que je pourrais me définir au lendemain des attentats du 13 Novembre. Comme chacun des français. Cette soirée restera à jamais gravée dans ma mémoire, même si épargnée dans un sens. Il m’a longtemps été difficile de sortir de chez moi sans criantes, de prendre les transports sans inquiétudes. L’impression de vivre en apnée permanente. D’être dépossédée des possibles qu’offrent la vie. Par la peur de vivre tout simplement.
Puis le temps fit son œuvre et pansa comme il pût les maux de l’âme. Mais je crois que mon subconscient n’a rien oublié. C’est seulement lors de mes premières pages de lecture que je compris sur quels faits l’intrigue était basée. Et ce n’est pas faute d’avoir lu, enfin d’avoir cru lire, le quatrième de couverture de prime abord. A sa relecture, je découvrais un tout autre roman qui s’offrait à moi. Le déni a eu la part belle quelques instants.
C’est un exercice délicat auquel s’est livré Constance Rivière avec Une Fille sans Histoire. Elle se livre à l’examen clinique d’une imposture, celle d’une femme, Adèle, qui ne vit qu’à travers la douleur d’autrui. Qui puise sa substance dans ces vies qui ne lui appartiennent pas. «  13 novembre 2015. Comme tous les soirs, Adèle est assise seule chez elle, inventant les vies qui se déroulent derrière les fenêtres fermées, de l’autre côté de la cour. Quand soudain, en cette nuit de presqu’hiver, elle entend des cris et des sirènes qui montent de la rue, envahissant son salon, cognant contre ses murs. La peur la saisit, elle ne sait plus où elle est, peu à peu elle dérive. Au petit matin apparaît à la télévision l’image de Matteo, un étudiant porté disparu, un visage qu’elle aimait observer dans le bar où elle travaillait. Sans y avoir réfléchi, elle décide de partir à sa recherche, elle devient sa petite amie. Dans le chaos des survivants, Adèle invente une histoire qu’elle enrichira au fil des jours, jouant le personnage qu’on attend d’elle. Les autres la regardent, frappés par son étrangeté, mais ils ne peuvent pas imaginer qu’on veuille usurper la pire des douleurs. »
Adèle donc. Adèle, qui n’est personne dans sa vie. Marianne de naissance, Adèle de substitution. Et ce, depuis son enfance. Remplaçante d’une sœur morte née évoquée brièvement. Une vie seule avec son père qui lui comptait des histoires, en lieu de lui faire faire vivre une vie. Sa vie. Adèle qui ne vit qu’à travers les projections qu’elle se fait des autres, et des sentiments, des attentions qui peuvent les animer. Un drame lui fera franchir le pas de vivre cette vie fantasmée. Le décès d’un jeune homme qu’elle ne connaissait qu’à peine. Les liens factices tissés a posteriori. La peine, la détresse, la colère, volées illégitimement à ceux qui en souffraient vraiment. La douleur des autres comme moteur et faire valoir. De la transparence à la postérité, par l’illégitimité.
La narration est intéressante, en ce qu’elle intercale des témoignages à la première personne, en subjectif, de qui est Adèle. A un point de vue omniscient, cristallisé sur la perception de cette dernière.Une mise en abîme d’une descente en enfer. Individuelle, mais surtout collective.
Quand j’ai réalisé le sujet d’Une Fille sans Histoire j’ai failli arrêté ma lecture. Mais ma curiosité l’a emportée. J’ai découvert une plume pudique et harmonieuse, celle de Constance Rivière, qui a su couvrir un sujet sensible et traumatique.
Bonne lecture à vous ! 

Une fille sans histoire de Constance Rivière est disponible aux éditions Stock