Sur les balcons du ciel

Non classé
Solitude : (nom féminin) situation d’une personne qui est seule mais également lieu solitaire. Et quoi de mieux qu’un toit anonyme d’immeuble parisien pour se faire ? Se créer cette bulle propre à soi, d’évasion et d’introspection.

Sur les balcons du ciel, Sophie Henrionnet

Deux lieux symbolisent parfaitement la liberté à mes yeux . La mer, qui s’étend à perte de vue, et qui nous enserre, nous terriens, et son fidèle allié, le ciel, que l’on rêve de toucher du bout des doigts. Couplé l’un à l’autre, ils font littéralement la pluie et le beau temps. Ils offrent des perspectives d’évasion hors du commun. Leur contemplation calme les cœurs embrumés.

Dans ma Bretagne chérie, j’aime m’asseoir sur la plage et regarder la mer se fracasser sur les rochers, se déchaîner au loin et prendre les couleurs noirs d’un ciel en furie. Ce spectacle m’apaise. Pour palier à ce cela à Paris, j’aimais contempler les toits et m’imaginer les arpenter, toute en légèreté et retrouver ce sentiment de vide et d’apaisement.

C’est ce que Sophie Henrionnet offre à ses deux héros, Vadim et Alma, une vue imprenable sur un ciel étoilé et une possibilité de survivre à sa vie, avec Sur les balcons du ciel : « Vadim, adolescent intuitif et caustique, cherche encore à faire le deuil de son père lorsqu’il perd son amie Valentine. Jour après jour, sous les regards impuissants de ses proches, il s’isole. Incapable de retourner au collège, cloîtré chez lui, Vadim s’échappe sur les toits de son immeuble pour trouver une issue à sa mélancolie. Une rencontre va le sauver : par le hasard d’une chute, Vadim tombe sur Alma… Le roman poignant de deux solitudes, qui vont s’amadouer, s’épauler, se heurter parfois. Une très belle histoire d’amitié. »

L’adolescence, cet âge ingrat où nous cessons d’être un enfant pour devenir un adulte. Cet être aux préoccupations autres. Cet âge où nos repères ne cessent d’être chamboulés et où nous avons le plus besoin de nos parents. Cet âge où Vadim a perdu son père, repère dans sa construction en tant qu’homme,  et ainsi même le sens de sa vie. Une vie sans goût si ce n’est celle de la 8.6 qui lui permet de surmonter ses angoisses et d’essayer de tuer le temps. Une vie sans avenir.

À travers ses mots, Vadim nous parle de cette quête de sens inutile et du poids de ce fardeau qu’est sa vie. Jusqu’à ce que tel un ange déchu il tombe sur Alma, sa voisine à la mise parfaite, au quotidien parfaitement rôdé mais à l’âme explosée en un puzzle de tristesse, de colère, d’incertitudes et de doutes. La rencontre de deux âmes perdus, qui vont apprendre à avancer l’un avec l’autre pour panser leurs maux et essayer d’entrevoir ne serait ce qu’une bribe d’avenir. Sur les balcons du ciel.

L’espace de quelques heures, je me suis trouvée assise sur ce toit parisien au côté d’Alma et Vadim. J’ai traversé avec eux ces moments charnières qui peuvent déconstruire une vie mais qui nous rendent plus forts, malgré tout. Sur les balcons du ciel de Sophie Henrionnet est toit simplement un bijou d’optimisme, et de résilience. Un vrai coup de cœur que ce roman.

Belle lecture à vous !

Sur les balcons du ciel de Sophie Henrionnet est disponible aux éditions du Rocher