La Sylphide

Feel Good

Sylphide (nom féminin) : génie aérien féminin plein de grâce. Se dit d’une femme d’une femme d’une beauté fine et gracieuse. Et quand cette dernière arbore une crinière de feu et des yeux d’agathe, elle semble tout droit sorti d’un rêve.

Souviens toi que tu m’aimes, Catherine-Rose Barbieri

L’Ecosse. Pays de cœur. Ne serait ce que pour William Wallace, et cette farouche liberté prônée envers et contre tous. Pour ses paysages sauvages, à vous couper le souffle, balayé par le vent et les embruns, de vastes landes et des ruines mystiques disséminées ça et là. Pour cette culture celtique, que nous partageons en tant que bretons. Pour les six mois passés en cette douce contrée, cet Erasmus qui m’a changée et m’a donnée une autre perception du monde.

L’Ecosse. Pays de légendes et de farfadets. Où les elfes et les korrigans ont leur place bien à eux, dans ces brumes cotonneuses qui s’abattent de temps à autres. Ce pays, si pret et si loin à la fois, à la langue rude et à l’accent prononcé, qui me plait tant.

L’Ecosse. Le pays de James, la voix masculine du dernier roman de Catherine Rose-Barbieri, en proie à ses demons, sa memoire trouble et ses rêves envolés, au fin fond de son âme. L’Ecosse. Le trait d’union avec Heloise, qui semble tout droit sortie d’une légende celte. Une rencontre, un coup de foudre et puis la vie, tout simplement, dans Souviens toi que tu m’aimes : « Lorsqu’Héloïse rencontre James dans ce wagon du TGV Lyon-Paris, le coup de foudre est réciproque. Mais rien n’est simple pour Héloïse. D’abord, elle ne croit pas au coup de foudre : le romantisme, très peu pour elle ! Ensuite son sens de la loyauté est particulièrement aigu, au point d’être dans cette histoire un vrai handicap. La jeune femme fait donc taire ces sentiments inédits dont elle ne sait que faire, et ce qui aurait pu être le début d’une belle idylle en reste là. Deux ans et demi plus tard, après bien des épreuves et pas mal d’errance, Héloïse et James se retrouvent par hasard en Ecosse. Le coeur d’Héloïse n’a rien oublié. Elle est prête à croire que le destin vient de lui accorder une faveur. James, en revanche, ne se souvient pas d’elle. En effet, beaucoup de choses ont changé en deux ans et demi. Beaucoup, oui, mais pas toutes… »

Mon pragmatisme doublé d’un cœur de Pierre me font rester stoïque quant au coup de foudre. De la même manière, et dans un antagonisme totale ne soyons plus à une contradiction près, je suis persuadée que si deux personnes s’aiment elles sont vouees à se retrouver. Je crois en l’amour passion, celui qui vous sublime tout comme il peut vous détruire. Et c’est ce que vont apprendre à vivre nos protagonistes, à faire taire leur sentiment par pudeur ou amitié, par lâcheté et par oubli. A vivre sans l’autre et malgré eux. A travers leurs histoires personnelles et communes, ils vont apprendre à se connaître eux-mêmes, puis tous deux.

Avec Souviens-toi que tu m’aimes, j’ai aimé retrouvé le talent de conteuse de fables des temps modernes de Catherine-Rose Barbieri. Une lecture réconfortante et qui fait chaud au cœur, parfait pour la saison.

Belle lecture à vous !

Souviens toi que tu m’aimes de Catherine-Rose Barbieri est disponible aux éditions Eyrolles.