Passé composé

Feel Good

Épistolaire: (nom masculin) qui a rapport à la correspondance par lettres. J’affectionne ce genre qui enlève quelques pudeurs quant aux sentiments et ressentis. La correspondance de Flaubert à Louise Collet est un bijou d’exaltation et de poésie. Plus cru et toujours dans l’air du temps, dans un registre imaginaire, la correspondance du Vicomte de Valmont, tantôt érotique, tantôt guerrière, tantôt romantique.

A l’heure du digitale et de l’instantané, il n’est pas mince affaire que d’entretenir une correspondance manuscrite, qui confère une part d’incertitude, de patience et de temps à s’octroyer pour que la missive soit construite, présentable et surtout lisible. C’est un de mes rêves, sans cesse avorté, que d’entretenir un lien épistolaire. Je ne vous remercie pas, messageries instantanées et autres réseaux sociaux, qui n’ont de cesse de me rappeler que « je suis née trop tard dans un monde trop vieux« . 

C’est forte de toutes ses pensés que j’ai jeté mon dévolu sur les Lettres de Rose, premier roman de Clarisse Sabard, malgré son prix du livre romantique. Car oui, au grand dam de mes proches, je suis un incurable bourin. Et le pire, c’est que je l’assume en pleine conscience. « Lola a été adoptée à l’âge de trois mois. Près de trente ans plus tard, elle travaille dans le salon de thé de ses parents, en attendant de trouver enfin le métier de ses rêves : libraire. Sa vie va basculer lorsqu’elle apprend que sa grand-mère biologique, qui vient de décéder, lui a légué un étrange héritage : une maison et son histoire dans le petit village d’Aubéry, à travers des lettres et des objets lui apprenant ses origines. Mais tous les habitants ne voient pas d’un bon œil cette étrangère, notamment Vincent, son cousin. Et il y a également le beau Jim, qui éveille en elle plus de sentiments qu’elle ne le voudrait… Réveiller les secrets du passé lui permettra-t-il de se tourner vers son avenir? »

Des secrets de famille tellement enfouis qu’ils auraient dû être ensevelis à jamais. C’est sans compter la culpabilité d’une vieille femme, qui à l’aube de sa mort, se doit de d’offrir la vérité à sa petite fille, Lola. Abandonnée à la naissance. Le sujet traité est lourd et aurait pu rapidement tomber dans le pathos, si les personnages n’étaient pas des incurables optimistes, tout droit sortis de Coup de Foudre à Nothing Hill.

L’auteure navigue avec habilité entre les points de vues des ses protagonistes féminines – des femmes fortes aux peu de scrupules-  et les ellipses temporelles qui les ancrent dans leur époque. On assiste à une histoire de famille peu commune, où l’amour n’a malheureusement eu que peu sa place, grâce au découverte de Lola. Héroïne aux antipodes de ces ascendantes.

On se plait à découvrir les noirs secrets a posteriori via des missives et des journaux intimes, qui ne s’attendaient pas forcément à trouver leur lectrice. Avec les Lettres de Rose, Clarisse Sabard a signé un joli roman, qui se lit aisément. Et qui vous aidera à vaincre ce spleen propre à l’automne. 

Belle lecture à vous !

Les lettres de Rose de Clarisse Sabard sont disponibles aux éditions Charleston.