Le disparu de Nantucket

Thriller

« J’ai entendu tellement d’histoires. Pas toujours belles mais pas forcément noires. Elles se terminent cependant toutes par le même point. Un point final. Il n’est jamais doux. Il est brut, irréversible et violent. Alors il va nous falloir vivre en essayant de faire de notre mieux pour combler ce qu’il se passera entre le début et la fin. » Cette citation d’Amélia Donovan – en incipit du Disparu de Nantucket – définit parfaitement le récit. Cette action attendu avec hâte au cœur d’un roman, dont l’auteur porte le poids sur ses épaules. En espérant que point final arrive avec un certain regret et non avec soulagement.

Le disparu de Nantucket, Laure Rollier

Rien de telle qu’une île comme décor parfait d’une énigme à résoudre. Pour cette idée d’enclave coupée du monde. Pour cette idée que tout le monde se connait, mais que sous le vernis propret peuvent se révéler de profondes fissures. Remarquez que cela fonctionne aussi pour une banlieue huppée aux barrières blanches et pelouses verdoyantes, où vos voisines vous accueillent à grand renfort de Muffins et Chardonnay. Pour cette idée que la fuite est impossible sans que quiconque ne soit au courant.

Rien de telle qu’une île pour planter un décor feutré, en huis clos, d’une intrigue policière, mêlant secrets domestiques et disparitions suspectes. Un cadre idyllique qui abrite de noirs secrets. Cela pourrait presque nous faire penser à un épisode d’Arabesque. Oui je connais les aventures de Jessica Fletcher sur le bout des doigts et j’assume (presque).

Rien de telle qu’une île pour faire disparaitre un homme et nous livrer ainsi une enquête à résoudre. Bienvenue dans L’intrigue du Disparu de Nantucket de Laure Rollier. « Alix, restauratrice franco-américaine installée avec sa famille sur l’île de Nantucket, voit sa vie bouleversée le jour où son mari, David, se volatilise dans la nature. Maxime, flic bordelais à la dérive, peine à se remettre de la mort brutale de son frère. Lorsque la police américaine retrouve le véhicule abandonné de David, elle découvre également à l’intérieur de celui-ci des traces d’ADN appartenant au frère de Maxime. Débute alors la course effrénée de Maxime et Alix, en quête de vérité, entre mensonges et révélations. »

Les premières pages en guise de révélations, qui brouillent les pistes et la temporalité. Des chapitres qui alternent les points de vue et la narration. Alix, restauratrice au passé sans nuages d’un côté, perdue et sans clé quant aux bouleversements subis. Maxime, flic sur la sellette de l’autre, plus brut et pétri de douleurs suite au deuil de son ainé. Un tandem improbable, en quête d’une vérité. Même si cette dernière peut être dure à entendre. A comprendre.

Laure Rollier quitte la littérature feel good pour entrer avec maestria dans le roman noir, emprunt de mystère et de faux semblants. Avant de me plonger à corps perdu dans Le Disparu de Nantucket, je n’avais pas été capable de lire plus de deux pages d’affilés et ce, depuis trois semaines. Temps rattrapé en une journée, où je n’ai pas été en mesure de refermer ce roman, avant de l’avoir terminé, avant de savoir quel dénouement attendait ses protagonistes. Et surtout ne pas être déçue. J’ai plongé dans cette intrigue qui m’a transportée. A vous de jouer désormais et de plonger sans modération dans ce « page turner » addictif !

Bonne lecture !

Le disparu de Nantucket de Laure Rollier est disponible aux éditions Moissons Noires

Bilan Avril 2021

2021, Bilan

Le Jeu de la Dame de Walter Tevis est disponible aux éditions Gallmeister

En ces temps incertains, où notre humeur est sujette à faire la girouette, il est bon de se complaire dans ce que nous connaissons et nous rassure. En tout cas, cela vaut pour moi. Alors si vous avez aimé Beth Harmon et son roux flamboyant, je vous invite à la découvrir brune nous la plume de Walter Tevis, dans la version originale du Jeu de la Dame.

Le jeu de la dame, Walter Tevis

Les aventures de Pénélope Bœuf L’audacieuse effrontée (tome 1) et la travailleuse acharnée (tome 2) sont disponibles aux éditions Flammarion et éditions Versilio

Amatrice de podcast, j’écoute depuis quelques jours L’arnaque, et je passe de bons moments, partant souvent d’un fou rire toute seule, ce qui me vaut de passer pour une folle pendant mes séances de running. La bonne nouvelle avec ce nouveau confinement c’est que vous n’aurez pas l’air fou à rire à gorge déployée ou à vous exclamer à haute voix pendant votre lecture car vous le ferez depuis chez vous et non dans le métro. Quelle chances ! Le métro commencerait presque à me manquer tiens… Les aventures de Pénélope Bœuf donc, à lire sans modération !

Les aventures de Pénélope Boeuf

Le syndrome des cœurs brisés de Salomé Baudino est disponible aux éditions de l’Observatoire.

Belle découverte que le Syndrome des cœurs brisés de Salomé Baudino, que je vous invite à lire, que vous soyez technophile… ou technophobe !

L’audacieux Monsieur Swift de John Boyne est disponible aux éditions Le Livre de Poche

Avec L’audacieux Monsieur Swift, John Boyne nous offre une lecture addictive, une apnée dans le monde de la littérature et l’édition dont il écorne les contours dans cette mise en abyme de la vie d’un auteur.

L’audacieux monsieur swift, John Boyne

Belle ode à l’amitié et à la vie que nous étions merveilleuses de Laure Rollier, qui nous rappellent que nous sommes maîtres de nos vies et que seuls nous même sommes capables de provoquer notre bonheur au final.

Nous étions merveilleuses de Laure Rollier est disponible aux éditions le livre de poche

Nous étions merveilleuses, Laure Rollier

Je suis le genre de fille de Nathalie Kuperman est disponible aux éditions Folio

Une fois n’est pas coutume, pas grand chose à dire si ce n’est que je suis complètement passée à côté de ma lecture. Déçue en partie de la promesse que m’avaient fait les commentaires dithyrambiques sur Instagram. Je me suis mise à attendre quelque chose d’indéfinissable, qui n’est au final jamais venu. Un raté pour moi que cette lecture.

Je suis le genre de fille, Nathalie Kuperman

La divine comédie de nos vies de Gavin’s Ruiz est disponible aux éditions Albin Michel

La divine comédie de nos vies de Gavin’s Ruiz nous offre le bilan pas toujours reluisant de la vie de quatre quadragénaires en proies avec leurs envies et à leurs doutes, qui nous renvoie au final, par un effet de miroir, à nos propres vies, à nos propres aspirations.

La divine comédie de nos vies, Gavin’s Ruiz

La bonne étoile

Feel Good

Étoile : (nom féminin) Astre, considéré comme exerçant une influence sur la destinée de quelqu’un. Et irrémédiablement, je pense à la sensuelle voix de M, qui fredonne « À la belle étoile // Quelques étoiles filantes // Et toi la bonne étoile // Autour de toutes ces figurantes « 

Plus jeune, j’avais adoré le film Casper avec Christian Ricci, où les esprits – bons, coquins ou mauvais c’est selon – rôdaient et apportaient malgré eux des réponses aux questions existentielles des vivants. Quelques temps plus tard, et dans un registre complètement différent, Le Sixième Sens et son traitement plus noir, plus sombre de la vie après la mort.

Je n’ai pas de croyances particulières quant aux fantômes et autres esprits, mais j’aime le traitement que l’art leur confère. Et la présence omnisciente qu’ils deviennent au sein d’une intrigue, apportant un éclairage pas tant nouveau que différent.

C’est ainsi que je me suis laissée séduire par Laure Rollier, et son roman Hâte-toi de vivre. D’autant plus que l’héroïne a deux vertus qui me sont chères : un surnom masculin et une trentaine en total chantier. « 7 h 53. BAM. Collision. Accident de voiture. À son réveil à l’hôpital, Léo, jeune professeure de philosophie âgée de trente-deux ans, se retrouve nez à nez avec Mamie Lina, qui n’est autre que sa grand-mère décédée. Personnage haut en couleur, à l’humour cinglant, qui donne son avis sur tout – sans qu’on le lui ait demandé –, celle-ci s’immisce dans la vie quotidienne hésitante de Léo et de ses amis Louise et Juju, à un moment décisif de leur existence. Par ses interventions intempestives, cette grand-mère pas comme les autres chamboule tout sur son passage. Mais, en confrontant Léo à ses peurs, elle fait à sa petite-fille le plus beau cadeau : le courage de saisir la vie à pleines mains – et de donner une chance au bonheur. »

Léo. Prof de philo. Passionnée par ses enseignements et ses élèves. A la vie d’une ado attardée. Ce portrait avait définitivement tout pour me plaire. Au fil des pages, elle va définitivement quitter l’enfance pour embrasser sa vie de femme, faisant tomber ses préjugés et ses œillères. Et découvrir que la vie de ses proches n’est pas toujours ce qu’elle s’imaginait être. Une jolie leçon de vie.

Hâte-toi de vivre de Laure Rollier se lit d’une traite et apporte un vent de fraicheur sur le traitement des trentenaires un peu paumés, sujet que j’affectionne, comme vous l’aurez compris, particulièrement, tâchant par là de me rassurer parfois quant à moi-même.

Belle lecture à vous ! 🎈

Hâte-Toi de vivre de Laure Rollier est disponible aux éditions le livre de poche