La vérité est la fille du temps

Thriller

Richard III (personnage historique) : le dernier roi d’Angleterre de la maison d’York, de 1483 à sa mort, en 1485. De courte durée fut son règne. La postérité garde de Richard l’image d’un tyran machiavélique et monstrueux, coupable d’infanticide, suite aux portraits dressés par les historiens de la période Tudor. William Shakespeare lui accorda l’une de ses premières tragédies.

La  fille du temps,  Joséphine  Tey

L’une de mes matières préférées a toujours été l’Histoire. Je trouve cela passionnant à divers niveau. Apprendre à connaître ceux qui nous ont précédés, leurs mœurs et coutumes. De la dynastie romaine des douze Cesars au sacré de Napoléon Bonaparte en passant par la cour du Roi Soleil, le règne de ses hommes à la main de fer me subjuguent. Les transformations sociales et societales me fascinent.

Autant, l’Histoire de France n’a pas trop de secrets pour moi (au Trivial Pursuit tout du moins), autant j’ai de grosses lacunes en ce qui concerne nos voisins d’outre Manche. A l’exception peut être de Richard Cœur de Lion, par le prisme d’un célèbre prince des voleurs et de ses multiples adaptations. Ainsi, Richard III m’était totalement inconnu il y a encore quelque jours.

C’est sans compter sur la plume de Joséphine Tey, auteure écossaise de la première moitié du XXe siècle, qui en fait un coupable présumé à l’affaire non jugée, dans La fille du temps : « Immobilisé sur son lit d’hôpital, l’inspecteur Grant s’ennuie. Pour se distraire, il passe au crible de son œil criminologiquement très exercé des portraits de personnages historiques. Parmi eux, un visage lui inspire sympathie et déférence. Mais il s’avère être celui de l’épouvantable Richard III, roi d’Angleterre, parvenu au trône (voyez Shakespeare) grâce à l’assassinat de ses neveux, les enfants d’Edouard »

C’est sur un postulat singulier mais non sans charmes que l’intrigue est basée. Le portrait de Richard III reflète un homme hanté et d’une tristesse infinie. Si tel était le cas serait il réellement le bourreau qui a fait exécuté ses neveux pour accéder brièvement au trône d’Angleterre ? C’est depuis un lit d’Hopital aux nurses affables et visiteurs curieux que l’enquête se déroulent. Comment être en mesure de réunir des faits et non des bruits de couloirs plus de six cents ans après les faits ? Comment appréhender l’Histoire et ses sources pour réhabiliter un Roi crapuleux, détesté de son peuple et ce depuis des siècles ?

Outre l’enquête particulière qui a capté toute mon attention, j’ai aimé la peinture de la bonne société anglaise, faite de thé et de temps pour soi, d’un je ne sais quoi de snobisme qui me fait tant aimé ce genre de roman légèrement suranné. C’est pour toutes ses raisons que La Fille du temps est un coup de cœur que je ne saurai que vous recommander.

Belle lecture à vous !

La fille du temps de Joséphine Tey est disponible aux éditions 10/18.