La part des femmes

Non classé

Bazar : (nom masculin) Etat de ma chambre. Mais également, lieu, magasin où l’on vend toutes sortes d’objets, d’ustensiles. En 1885 voit le jour le Bazar de la Charité, vente de bienfaisance au profit des plus pauvres. Il deviendra tristement célèbre, douze ans plus tard, en proie à un incendie meurtrier.

Des quatre éléments de la matière, j’ai toujours eu une préférence, voire une fascination pour le feu. Je suis de ceux qui pourraient rester des heures durant contempler l’âtre d’une cheminée, lorsque les bûches craquent et que les flammes valsent, dans un nuancier de rouge orangé. Le feu et sa fonction réconfortante. Le feu et son pouvoir salvateur. Mais destructeur également. Une étincelle jaillit et le paysage se retrouve dévisagé.

Fin du dix-neuvième siècle à Paris, la royauté et l’empire ont fait place à la République, supprimant par la même l’autorité de l’Eglise sur l’Etat. Nous sommes en pleines mutations, la Révolution a laissé son empreinte et la Noblesse a perdu de sa superbe et de son emprise. La Bourgeoisie occupe le devant de la scène et l’échiquier social est plus que branlant.

C’est dans ce contexte inédit, qu’en 1897, alors que le Bazar de la Charité bat son plein le feu va s’embraser, devenant pour certains un ultime piège funeste. Ce drame fit définitivement basculer Paris dans le vingtième siècle. Ce décor sert à merveille le roman de Gaëlle Nohant, la Part des Flammes. « Mai 1897. Pendant trois jours, le Tout-Paris se presse à la plus mondaine des ventes de charité. Les regards convergent vers la charismatique duchesse d’Alençon. Au mépris du qu’en-dira-t-on, la princesse de Bavière a accordé le privilège de l’assister à Violaine de Raezal, ravissante veuve à la réputation sulfureuse, et à Constance d’Estingel, qui vient de rompre brutalement ses fiançailles. Dans un monde d’une politesse exquise qui vous assassine sur l’autel des convenances, la bonté de Sophie d’Alençon leur permettra-t-elle d’échapper au scandale ? Mues par un même désir de rédemption, ces trois rebelles verront leurs destins scellés lors de l’incendie du Bazar de la Charité. »

C’est l’histoire de Paris, défiguré en son sein par un incendie motel, mais c’est avant tout l’histoire de trois femmes, que rien ne liaient mais qui muent par ce sentiment troublant de se comprendre malgré tout vont voir leur destin inexorablement lié.

C’est l’histoire de trois femmes qui font fi des conventions et du qu’en dira -t-on. Des femmes blessées dans leurs chaires et leurs sentiments les plus nobles, qui ont vécu mille tourments mais marchent la tête haute. C’est l’histoire d’une société patriarcale mise à mal et qui pointe du doigt, étiquette d’hystérique celles qui osent faire preuve de livre arbitre. Cette part des flammes est avant tout la part des femmes.

La plume de Gaëlle Nohant, gracieuse et documentée, nous plonge avec délectation dans ce Paris d’entre deux siècles, en recherche de son identité, qui fait la part belle aux femmes frondeuses et indépendantes, avec son roman La Part des Flammes.

Belle lecture à vous !

La Part des Flammes de Gaëlle Nohant est disponible aux éditions Le livre de Poche

Sweet Home Chicago

Feel Good

Émancipation : (nom féminin) Action d’affranchir ou de s’affranchir d’une autorité, de servitudes ou de préjugés. Ou quand une femme décide de sortir du carcan de son mariage et des ses idéaux bafoués, pour une vie de liberté exempte de contraintes et de peur. A la recherche de celle qu’elle est dans la ville de tous les possibles, de toutes les rencontres. La sulfureuse Paris.

J’ai découvert Gaëlle Nohant par hasard, au détour d’une librairie, lors de mes pérégrinations nantaises. Je ne connaissais pas l’auteure, ni ses œuvres, mais ma curiosité a été piquée par le titre de son denier roman, la Femme Révélée. Je me suis plu à l’écouter en parler, avec ferveur. De la genèse de l’ouvrage au cheminement de l’écriture, aux voyages dans la ville des vents, toutes les facettes de la création nous ont été présentées. Et cela m’a captivée. J’avais envie de connaître son héroïne à la double vie, à la double identité. Arrachée à ses racines et à sa chaire, son fils, pour survivre ? Mais comment survivre quand une de nos raisons de vivre nous a été subtilisée?

« Paris, 1950. Eliza Donneley se cache sous un nom d’emprunt dans un hôtel miteux. Elle a abandonné brusquement une vie dorée à Chicago, un mari fortuné et un enfant chéri, emportant quelques affaires, son Rolleiflex et la photo de son petit garçon. Pourquoi la jeune femme s’est-elle enfuie au risque de tout perdre  ?
Vite dépouillée de toutes ressources, désorientée, seule dans une ville inconnue, Eliza devenue Violet doit se réinventer. Au fil des rencontres, elle trouve un job de garde d’enfants et part à la découverte d’un Paris où la grisaille de l’après-guerre s’éclaire d’un désir de vie retrouvé, au son des clubs de jazz de Saint-Germain-des-Prés. A travers l’objectif de son appareil photo, Violet apprivoise la ville, saisit l’humanité des humbles et des invisibles.
Dans cette vie précaire et encombrée de secrets, elle se découvre des forces et une liberté nouvelle, tisse des amitiés profondes et se laisse traverser par le souffle d’une passion amoureuse.
Mais comment vivre traquée, déchirée par le manque de son fils et la douleur de l’exil ? Comment apaiser les terreurs qui l’ont poussée à fuir son pays et les siens ?  Et comment, surtout, se pardonner d’être partie  ?
Vingt ans plus tard, au printemps 1968, Violet peut enfin revenir à Chicago. Elle retrouve une ville chauffée à blanc par le mouvement des droits civiques, l’opposition à la guerre du Vietnam et l’assassinat de Martin Luther King. Partie à la recherche de son fils, elle est entraînée au plus près des émeutes qui font rage au cœur de la cité. Une fois encore, Violet prend tous les risques et suit avec détermination son destin, quels que soient les sacrifices. »

Chicago. Associée dans mon esprit aux gangsters crapuleux, ainsi qu’à la comédie musciale The Bues Brothers, dont je dois connaître toutes les répliques et toutes les chansons. Nous sommes en 1950, bien qu’Al Capone ne soit plus, les truands à la petite semaine et autres vermines d’envergures règnent sur la ville. Imposant une ségrégation et un racisme abjectes. Ironiques quand ces même gougnafiers ont fait partis des GIs qui ont permis à la France de se libérer de l’oppression. Cette ville nous est dépeinte depuis Paris, des cafés bus au Flore aux whiskys sur les banquettes des clubs de Jazz germanopratins.

Nous découvrons une femme, en quête d’elle même, cachée derrière son appareil photo, son Rolleiflex. Les instants qu’elle vole aux autres sont sa manière de s’approprier le monde et les sentiments qui l’entourent. D’un hotel de passe à une maison de jeune fille, d’un mafieux irlandais aux bras d’un pianiste aveugle, des émeutes raciales aux émeutes anti pacifistes, Elitza – devenue Violette pour parer à la violence de sa vie – apprend à se battre pour ses convictions, qui lui tiennent à cœur. Et retrouver son fils, l’un des amours de sa vie.

A travers La Femme Révélée, Gaëlle Nohant peint le destin d’une femme battante en perspective deux de villes vivant des mutations clés : la Paris détruite d’après guerre qui ne demande qu’à réapprendre à vivre libre et la Chicago de 68, plus mûre et réfléchie, qui a fait table rase de cette gangrène mafieuse devenir un symbole de lutte pour la liberté. Un portrait de femme, de mère, d’amante. En bref d’une femme accomplie, en accord avec elle et les durs choix qu’elle a pu faire. Une pépite que ce roman.

Belle lecture à vous !

La Femme Révélée de Gaelle Nohant est disponible aux éditions Grasset