Caca’s Club

2020, Feel Good, Rentree Litteraire

Rire : (verbe intransitif) Exprimer la gaieté par un mouvement de la bouche, accompagné d’expirations saccadées plus ou moins bruyantes. Rire n’est jamais aussi salvateur que quand c’est spontané et naturelle, et que les larmes viennent d’elles-même, et ce en fonction de tout à chacun. Rire perdrai de sa splendeur si on en faisait un automatisme de bienséance policée. Cela signifierai en partie une fin de la liberté. Celle d’être soi même si différent des autres. 

L'homme qui pleure de rire, Frédéric Beigbeder

Il y a deux auteurs qui m’auront marquée à mon entrée dans l’âge adulte. Bret Easton Ellis et Frédéric Beigbeder. Mon premier, de l’autre côté de l’atlantique . Il dépeint les travers d’une jeunesse dorée dépravée, revenue de tout. De la côte est à la côté ouest. Il écorne, égratigne voire même écorche à vif l’image du rêve américain, vaste miroir aux alouettes sous psychotropes.  C’est cru, nauséeux et nauséabond. Un pur délice. Mon second quant à lui est un noctambule avéré, issu du Paris aisé et bourgeois. Il dépeint les mœurs françaises aux vitrioles, surtout les élites de la bien-pensance – dont il fait lui même parti – en revisitant avec un cynisme certain et une hauteur embrumée ses expériences professionnelles et personnelles.

La parution des romans de ses auteurs est toujours pour moi un moment d’allégresse, certaine que je vais passer un moment particulier et suspendu, dans une bulle désabusée du monde contemporain. C’est dans cet état d’esprit que j’ai entamé ma lecture de l’Homme qui pleure de rire, de Frédéric Beigbeder. « Octave Parango a travaillé dans la publicité durant les années 1990 et dans la mode durant les années 2000. Il est désormais humoriste à 8h55, le jeudi matin, sur la plus grande radio nationale de service public. L’homme qui pleure de rire clôt la trilogie d’Octave Parango sur les aliénations contemporaines : après la tyrannie de la réclame puis la marchandisation de la beauté féminine, Frédéric Beigbeder s’attaque à la dictature du rire. Une satire réjouissante des dérives de notre société de divertissement. »

Un smiley comme titre de couverture. C’est osé. Un affront à la beauté des mots d’un titre. C’est très bien pensé. Il y a quelque chose de pathétique dans ce petit personnage visage, impersonnel, de travers, les larmes aux yeux. Sans contexte aucun. Un smiley comme ponctuation finale. Un hommage 2.0 à l’Homme qui rit, de Victor Hugo.

L’histoire part de son éviction de France Inter, suite à une absence de chronique. Un suicide professionnel en direct, devant des collègues désabusés. Et un public … médusé ? habitué ? cela, nous ne le saurons pas. Nous investiguons sur la genèse de ce fiasco, heure par heure, dans la nuit parisienne. Fantôme de ce qu’elle a été, sa superbe envolée, sa liberté perdue. Sur fond de transmutation de l’ordre en place, la révolte des gilets jaunes en second plan. Des délinquants qui mettent la ville lumière à feu et à sang.

Frédéric Beigbeder revient avec nostalgie et quelques facéties, sur les cinquantes années de sa vie. Celui qu’il a été, jeune arrogant aux verbes hauts, à la blague potage et au menton comme étendard. Fondateur du Caca’s Club. Haute institution festive parisienne, basée sur l’entre soi. Ses nuits parisiennes. L’évolution des mœurs. Paris comme chimère de son passé de célibataire, flash-back en noir et blanc d’une époque révolue, mis en parallèle de sa vie de parent au bord de l’océan, qu’il compare à un dessin animé en technicolors pixelisé.

Avec L’Homme qui pleure de rire, Frédéric Beigbeder tire un majestueux point final (?) aux aventures de son double littéraire, Octave Parango, avec une plume plus acerbe et qui, je trouve, gagne en qualité au fil des années. La cinquantaine a cela de bon chez lui. Après tout.

Belle lecture à vous !

L’Homme qui pleure de rire de Frédéric Beigbeder est disponible aux Editions Grasset

Liaison Fatale

2020, Rentree Litteraire

Liaison (nom féminin) : relations que deux personnes entretiennent entre elles. Elle peut être tantôt amicale, tantôt amoureuse. Sordide lorsque clandestine, lorsque tout ou parti est marié.

Disparaître, de Mathieu Menegaux

Cette rentrée littéraire de janvier ravie mon cynisme. J’aime que les histoires d’amour impossibles soient dépeintes en littérature, même si elles finissent mal. L’auteur peut ainsi jouer sur l’âme tortueuse de ses protagonistes ou bien tout simplement sur un destin funeste, qui distort le temps et l’espace.

Ainsi va se dérouler implacablement au long de ces pages une tragédie moderne, remarquablement portée sous la plume de Mathieu Menegaux, Disparaître. « Une jeune femme met fin à ses jours à Paris. Un homme impossible à identifier est retrouvé noyé sur une plage : le séjour en mer l’a défiguré, et l’extrémité de ses doigts a été brûlée. Quel lien unit ces deux affaires ? Qui a pris tant de soin à préserver l’anonymat du noyé ? Peut on encore disparaître dans notre monde de surveillance généralisé ? »

Montmartre. Un suicide un soir d’été. La vie volée d’une jeune femme éconduite. Nice. Le corps d’un homme retrouvé. Un illustre inconnu qui n’est plus. Un amour avorté. Une passion consommée et surtout consumée.

Deux disparitions soudaines et violentes, portées sur deux temporalités, dans deux lieux aux antipodes. On sent le drame poindre dans le déroulé des faits. On suit le film lentement rembobiné de cette sordide histoire. Pour finir en vitesse accélérée dans l’enchaînement macabre des événements.

Une histoire rondement menée. Au huis clos guindé parisien se confronte une vision extérieure à l’histoire, en recherche de la vérité. Même si peu reluisant. Même si honteuse au point d’en finir sans prendre le temps de tirer son ultime révérence.

Mathieu Menegaux signe avec Disparaître un roman hautement addictif, qui se lit en apnée complète. Les histoires d’A finissent mal, en général.

Belle lecture à vous ! 🎈

Disparaître de Mathieu Menegaux est disponible aux éditions Grasset

L’Amour unique

2020, Rentree Litteraire

Rendez-vous (substantif masculin) : rencontre entre deux ou plusieurs personnes, qui ont convenus du motif, de la date et du lieu. Il se veut professionnel, medical ; on le préfère amical et on l’adore amoureux. Il peut être manqué ou réussi, mais la plupart du il façonne une vie.

 « Dans la vie, on peut aimer plusieurs fois, mais on a qu’un seul amour »

Cette tragédie sur trente ans a été pour moi un réel coup de cœur. Amélie et Vincent. Une rencontre. Un rendez-vous. On assiste le cœur gros à un coup de foudre inachevé, une passion inassouvie la recherche de cet Autre dans de fades pisalés. Une vie gâché a contempler sur ce qui a été et qui aurait pu être.

La rencontre de l’Absolu avec l’arrivée des enfants. Le cœur brisé a les laissés à cette ancienne moitié plus honnie qu’aimée. Une vie de sacrifice à la recherche d’un idéal, de l’Amour.

Comme toile de fond un nouveau millénaire, les attentats sanglants qui ont entaché et endeuillé le monde, brisant l’innocence un peu plus en chacun de nous. L’emergence des nouvelles technologies et la crise financière.  Un monde où les vraies relations deviennent aussi précieuses que de l’or.

Avec Nos rendez-vous, Éliette Abecassis nous dresse deux superbes portraits d’âmes soeurs, qui se sont trouvés trop tôt, retrouvés à chaque fois un peu trop tard, jusqu’à ce que la fortune soit en leur faveur. Je vous conseille cette lecture tout en nuance et en vérité.

Belle lecture à vous !

Nos Rendez-vous d’Eliette Abécassis est disponible aux éditions Grasset