Ce genre de fille

Feel Good

Genre : (nom masculin) Groupe d’êtres ou d’objets concrets ou abstraits présentant des caractères communs. Ainsi, les ados lorsqu’ils arborent le summum de leur look (pantalon serpillière et gilet multicolore) revendiquent ainsi leur appartenance à un groupe. Depuis, je suis taumatisée par le style perroquet et j’ai embrassé le style corbeau monochrome.

Je suis le genre de fille, Nathalie Kuperman

Je suis le genre de fille à attirer les âmes en peine dans la rue. Ainsi dimanche alors que j’attendais au soleil ma correspondance à la gare de Rennes, les yeux vissés sur mon livre – ce livre – mon latte à mes pieds, un gentil punk à chien tout bourré s’est assis à côté de moi et m’a raconté sa vie. Faisant facilement les questions réponses, je n’avais qu’à dodeliner de la tête. Je suis restée bien quinze minutes à l’écouter, de peur d’être impolie. J’ai prétexté mon train pour m’en défaire, dans un mélange de gêne, de honte et de nausée.

Je suis le genre de fille à être attiré par la couverture d’un roman, avant son contenu. Pas le genre quand même à les exposer dans son dressing – faut pas déconner – mais la beauté de l’objet prime parfois. L’objet livre a un atout charme indéniable à mes yeux. Et voici comment j’ai acheté Je suis ce genre de fille de Nathalie Kuperman : « D’accord » : c’est peut-être le mot qu’elle dit le plus souvent, par fatigue, lâcheté ou absence d’à-propos. Mais certains soirs, tard, après avoir improvisé une danse dans son salon pour chasser les contrariétés de la journée, elle est capable d’envoyer des mails incendiaires ou insensés pour rectifier la situation. Oui, c’est le genre de fille accommodante, avec ses proches, son ex-mari un brin narquois, son adolescente de fille, son trop parfait collègue de travail. Puis ceux à qui elle tient inlassablement la porte dans le métro, ceux qu’elle laisse passer indéfiniment devant elle à la caisse du supermarché au motif que leur caddie est moins rempli. Conciliante, oui, jusqu’au moment où elle dit non, un immense Non lancé comme un éclat de rire à la figure de ceux qui ne doutent jamais d’eux, qui tiennent à jouer le premier rôle dans leur comédie sociale »

Une fois n’est pas coutume, pas grand chose à dire si ce n’est que je suis complètement passée à côté de ma lecture. Déçue en partie de la promesse que m’avaient fait les commentaires dithyrambiques sur Instagram. Je me suis mise à attendre quelque chose d’indéfinissable, qui n’est au final jamais venu. Un raté pour moi que cette lecture.

Bonne lecture à vous si vous tentez l’aventure malgré tout !

Je suis le genre de fille de Nathalie Kuperman est disponible aux éditions Folio