Bilan Mai 2021

2021, Bilan

Trois de Valérie Perrin est disponible aux éditions Albin Michel

Au travers d’un récit conjuguant passé et présent, Valérie Perrin nous offre une histoire d’amour à toute épreuve, une histoire d’amitié indéfectible, avec Trois, où les protagonistes vont apprendre à s’aimer pour pouvoir se pardonner et continuer à vivre ensemble. Le temps d’un roman qui défile comme un film.

Trois, Valérie Perrin

L’enclave de Nicolas Druart est disponible aux éditions Harper Collins Noir

Je suis malheureusement passé à côté de l’Enclave, de Nicolas Druart. Amateur du genre cependant, je vous invite à vous fier à votre instinct et vous faire votre propre avis.

L’enclave, Nicolas Druart

Frangines, d’Adèle Bréau est disponible aux éditions le livre de poche

Gros coup de cœur pour Frangines d’Adèle Bréau, qui signe là un roman vrai, frais, doux. Tout ce dont j’avais besoin pour passer un bon moment.

Frangines, Adèle Bréau

Ce que les étoiles doivent à la nuit, d’Anne-Gaelle Huon est disponible aux éditions Albin Michel

Il y a presque un an je lisais Anne-Gaëlle Huon pour la première fois et avait été transportée par sa plume solaire, qui avait égayé ce quotidien chaotique que nous vivons tous bon an mal an depuis quelque temps. Avec Ce que les étoiles doivent à la nuit, j’ai retrouvé cette joie de vivre et d’optimisme qui mettent du baume au cœur et qui me sont devenus indispensables.

Ce que les étoiles doivent à la nuit, Anne-Gaëlle Huon

Les Possibles de Virginie Grimaldi est disponible aux éditions Fayard

C’est un roman intime que nous livre Virginie Grimaldi, mais également universel en cette relation avec nos parents, notre passé et ses moments à jamais gravés, le fait de ne pas les voir vieillir, nos craintes quant aux jours à venir. A l’instar des Possibles, à nous de rendre nos vies ensemble – ou tout du moins les instants passés – inoubliables.

Les Possibles, Virginie Grimaldi

La somme de nos vies de Sophie Astrabie est disponible aux Editions J’ai Lu

Avec La somme de nos vies, Sophie Astrabie nous livre une galerie de personnages touchants et attachants, qui vont prendre la mesure de la valeur de leurs vies, et décider de les vivre pleinement, en s’assumant tout simplement.

La somme de nos vies, Sophie Astrabie

Vice de Laurent Chalumeau est disponible aux éditions Grasset

Vice ou une lecture atypique. Il m’aura fallu une trentaine de pages pour me prendre au jeu de l’intrigue et de l’écriture incisive et à vif de Laurent Chalumeau, qui manie habilement le verbe et nous subjugue. Si vous commencez Vice, soyez certains de ne pas être en mesure de le poser avant la fin.

Vice, Laurent Chalumeau

Ainsi gèlent les bulles de savon, de Marie Vareille est disponible aux éditions Charleston

J’ai souri. Ri. Pleuré. Assez pour essuyer des larmes et sentir cette petite boule dans ma gorge se serrer au rythme des pages qui se tournaient. De ces secrets qui se révélaient. En bref, j’ai adoré ce dernier roman de Marie Vareille, Ainsi gèlent les bulles de savon, qui m’a touché au cœur.

Bilan Mars 2021

Feel Good

Mars : (nom propre) planète, barre chocolatée et accessoirement le mois de la saint Patrick, du Printemps et de ma fête !

Va où le vent te berce de Sophie Tal Men aux éditons Albin Michel

Là où le bonheur se respire, Sophie Tal Men

Un jour de plus de ton absence de Mélusine Huguet aux éditions Charleston

Un jour de plus de ton absence, Mélusine Huguet

Instagrammable d‘Eliette Abécassis aux éditons Grasset

Instagrammable, Éliette Abécassis

Sous Terre de James Delargy aux éditions Harper Collins Noir

Sous terre, James Delargy

Mamma Mia de Serena Giuliano aux éditons Pocket

Mamma Maria, Serena Giuliano

De mon plein gré de Mathilde Forget aux éditions Grasset

De mon plein gré, Mathilde Forget

La Datcha d’Agnès Martin-Lugand aux éditions Michel Lafon

La datcha, Agnès Martin-Lugand

Destins violés

Non classé

Deuil : (nom masculin) Douleur, affliction que l’on éprouve à la mort de quelqu’un. Mais pas que, cela veut également signifier se résigner à être privé de quelque chose de capital pour soi. De sa liberté de choisir, d’une amitié ourlée de sororité, de ses désirs les plus chers nourris en son sein. Les nouvelles les plus belles peuvent ainsi être entachées des pires maux.

Un jour de plus de ton absence, Mélusine Huguet

« Quand je serai grande, j’adopterai mon enfant. Je ne veux pas avoir de bébé dans le ventre. Tu me diras où est le magasin des bébés et j’irai en acheter un. » Ce que j’aime chez les enfants, c’est leur vision de la vie pure et sans encombres. A chaque problème, sa solution. Cette phrase d’accroche peu commune qui m’a value d’éclater de rire vous est gracieusement offerte pour aborder ce thème à la fois beau, mais tabou qu’est la maternité.

La maternité. Le fait de devenir une Maman, cet état de grâce, de neuf mois de gestation, n’est pas vécu par toute de la même manière. N’est tout simplement pas vécue par toute. Par choix, par problèmes de santé ou pour pléthores raisons intimes, qui ne regarde personne, sinon celle qui est concernée. Certaine font exulter à l’apparition des deux traits sur leur tests de grossesse, d’autres vont redouter ce moment. Certaines vont vivre le traumatisme d’une fausse couche, d’autres provoqueront le traumatisme de l’avortement. Certaines vivront neuf mois de plénitudes, quand d’autres vivront un véritable calvaire voire seront dans le déni le plus absolu.

La maternité. Une perception personnelle et propre à chacune, à son passé, ses envies. En bref, sa vie. Et ce n’est pas Jade, l’héroïne d’Un jour de plus de ton absence de Mélusine Huguet qui me contredira :  » Félicitations, madame Loiseau. Vous allez être maman ! » Fonder une famille avec Antoine, c’est le rêve de Jade depuis le tout premier jour de leur amour. Elle devrait nager en plein conte de fées : Antoine est fou de joie, ils ont la trentaine, des situations professionnelles stables, un appartement avec une chambre supplémentaire et des familles aimantes, toutes prêtes à accueillir cette nouvelle vie. Une seule ombre plane sur ce tableau idyllique : celle du mensonge qui dévore progressivement Jade… »

Etre une femme au vingt et unième siècle, qu’est ce que cela implique ? Au regard des thèmes abordées par l’auteure, le deuil et la résilience. La violence prédominante de la vie à notre encontre. Des autres – des hommes – par ces maux qu’ils peuvent nous infliger, de leurs poings, de leurs mots, de leurs chairs. Des autres – des femmes – qui se jugent sans se comprendre, telle une compétition au long court. Des injonctions de la société – tu seras mère ma fille -, des maladies inhérentes à notre sexe qui atteignent notre féminité et notre être. Ce danger permanent qui nous étreint. Le parcours de Jade est effrayant. Parce qu’il semble trop vrai, parce qu’il doit exister malheureusement trop souvent.

Par ma personnalité – constructrice de fortins protecteurs autour de ma personne (je suis un oignon) – je me protège de cette violence au quotidien et tend vers un espoir que la vie n’est pas une épreuve pour tout un chacune. Tout un chacun. De fait, je suis passée en partie à côté du roman.

Bien qu’il soit une belle découverte Un jour de plus de ton absence, de Mélusine Huguet qui aborde les problématiques fortes et par la même absurdes de notre société. A mes yeux, la vie devrait primer sur la survie.

Belle lecture à vous !

Un jour de plus de ton absence, de Mélusine Huguet est disponible aux éditions Charleston