A charge de revanche

Feel Good

« Mon défaut ? Je prends tout trop à cœur. Impossible de ne pas m’impliquer. » Les premiers mots de Fixie me définissent parfaitement. Ce que certain qualifierait volontiers de susceptible – et c’est surement vrai par moment – je le définirai en perfectionniste, qui ne supporte pas être prise à défaut. Est ce signe de stabilité mentale ? Pas certaine, mais c’est aussi pour cela que Monica existe dans Friends. Rien de bien rationne de plus à ajouter.

A charge de revanche, Sophie Kinsella

Juillet 2021. Les vacances. L’été d’après. D’après quoi exactement ? D’une pandémie ? De confinements ? D’envoi d’un premier manuscrit aux éditeurs et mais pourquoi ils ne répondent pas dans la minute même si c’est négatif ? D’une année scolaire à nouveau achevée peut être. Car même si je ne suis plus étudiante et ne dépends pas du système éducatif, je reste une fervente passionnée du calendrier scolaire.

Juillet 2021. L’été. La Bretagne ensoleillée. Les cocktails de fin de journée. Les quelques heures passés sur le sable de la plage à contempler les couvertures de ses romans, qui nous suivent partout, dont les pages se cornent, alors qu’on ne les a pas vraiment ouvert. L’appel de l’eau, de la sieste, voire des pâtés de sable étant bien trop fort pour nous faire plonger à corps perdu dans une intrigue et nous faire réfléchir trop longtemps. Oui, l’été je ne réfléchis pas, voilà. Certaine lecture s’impose alors à moi, comme une évidence. Comme une compulsion. C’est la « chick-litt » qui s’impose alors par KO. Et c’est ainsi que je retrouvais Sophie Kinsella pour quelques heures de détente, avec A charge de revanche. « À 27 ans, la douce et discrète Fixie se retrouve à la tête de la Maison Farr, la boutique fondée par ses parents, nichée en bordure de Londres. Mais pas le temps pour la jeune femme de célébrer cette promotion, car la voilà qui doit gérer une lutte fratricide : Nicole, sa sœur fashionista, est bien décidée à faire du drugstore de quartier le centre de yoga le plus tendance de la capitale, quand Jack, leur frère so snob, y verrait plutôt une épicerie de luxe. Alors que les ventes chutent, que la faillite approche, Fixie va devoir arbitrer : conserver l’esprit désuet de la Maison Farr ou la transformer en super-fashion-concept-store ? Maintenir la cohésion familiale ou se mettre à dos Nicole et Jack ? Affronter les problèmes ou rester planquée sous la couette ? Ne manquent plus que le retour d’un ex envahissant et l’apparition d’un bel inconnu pour plonger la timide Fixie dans le plus inextricable des embarras…« 

Pour ce cocktail savoureux qu’est la lecture sans prise de tête et de  » je ne suis pas obliger de lire tous les mots deux fois pour tout comprendre » (oui nous en sommes là), vous avez besoin des ingrédients suivants : une jeune femme de type Pierre Richard, jolie comme un cœur et d’une intelligence hors pair mais qui s’ignore ; d’un M. Wickham intrigant mais pourri à souhait; d’un M. Darcy, tout en droiture et en flegme britannique. Accompagnez le tout d’une kyrielle de personnages haut en couleur, tout aussi têtes à claque les uns que les autres, mais attachants malgré tout. Mélangez le tout à la cuiller – j’insiste. Vous obtenez la parfaite lecture de vos vacances.

Certes les recettes de Sophie Kinsella sont toujours peu ou prou les mêmes, mas elles font mouche à chaque fois. A charge de revanche est une lecture divertissante et amusante, parfaite à déguster au côté d’un spritz frais pendant vos longues heures de farniente. N’oubliez pas l’écran total 😉

Bonne lecture à vous !

A charge de revanche de Sophie Kinsella est disponible aux éditions Pocket