La femme périphérique – Sophie Pointurier

2022, Feel Good, Rentree Litteraire

« Die wiedervereinigung » De mes dix années d’allemand, c’est l’un des rares mots dont je me souviens. Il signifie la réunification, suite à la chute du mur de Berlin. J’avais deux ans le 9 novembre 1989 et ne garde aucun souvenir de ce jour historique. Si ce n’est ce que j’en ai appris en cours d’Histoire.

La femme périphérique, Sophie Pointurier

Quoi de mieux que l’art – quel qu’il soit – pour représenter le mal être qui nous habite. L’écriture, pour coucher ses noires pensées. La musique, pour rendre mélodique un spleen envahissant et permanent. La peinture, pour jeter sur la toile sa colère et sa frustration, ses point de vues et ses interrogations. Certes, l’art est également lié au bonheur. Mais en ce qui me concerne, je préfère son versant obscure, plus profond, plus torturé.

Quoi de mieux que la subjectivité de l’art pour parler d’une ville morcelée, coupée arbitrairement, de la frugalité de la RDA contre l’aisance abondante de la RFA. La subjectivité justement, propre à son auteur. Que devient le message quand il est approprié par des tiers, qui ne savent rien de la genèse de l’œuvre ? Qui extrapolent sur des codes ou des savoirs généraux que eux seraient seuls à connaitre ?

C’est ainsi que Petra Wolf va faire l’objet de calomnies et d’une traque, basée sur des légendes et des égos, dans la Femme Périphérique de Sophie Pointurier : « Peter et Petra Wolf forment le couple le plus en vue de la scène artistique allemande depuis les années  1990. Il est l’artiste maudit de l’Est dont on a perdu la trace, elle est l’ancienne professeure d’arts plastiques venue de l’Ouest que le petit monde de l’art envisage comme la gardienne du génie de son homme. Une femme sans talent qui divise dans un pays coupé en deux.
Trente ans après la chute du Mur, alors qu’une biographie est en préparation au sujet du duo culte, un mystère plane sur les circonstances de la disparition de Peter. Et la perspective d’une actualité brûlante crée du remous dans le circuit des musées.
Qui a tué le peintre ? Usurpation d’identité, fraude, faux et usage de faux  : tout accuse Petra.
L’enquête, entre Paris, Berlin et New York, révélera ce que la légende, jusque-là, avait tu. »

Un duo d’artistes. Des œuvres à quatre mains, quottées de part le monde. Elle, porte parole, connue de tous, mais femme de l’ombre, malgré tout, femme périphérique. Lui, homme mystère, que certains se piquent de connaître, qui cristallisent les conversations, l’homme comme moteur du feu artistique, puisqu’homme. La réalité est toute autre, mais certains ne voient que les façades qu’ils ont choisi eux même de créer.

De Berlin-Est à Berlins Ouest, à New York puis à Berlin, un voyage autour d’un couple mythique, de la dissection des ses œuvres, de la vérité aux mensonges et aux non-dits, des histoires personnelles qui croisent l’Histoire, et s’entremêlent pour ne faire qu’un. En bref, une lecture plus que prenante que la Femme Périphérique, premier roman réussi de Sophie Pointurier.

Bonne lecture à vous !

La femme périphérique de Sophie Pointurier est disponible aux éditions Harper Collins