La liberté tient à un embrayage pété

Non classé

Vice : (nom masculin) (d’après le roman) « Pas au sens d’activité criminelle liée à l’industrie du sexe. Ou de tendance malsaine induisant des pratiques dégradantes […]. « Vice » au sens de défaut, de trucs qu’on fait mais qu’on ne devrait pas parce qu’ils ne sont pas forcément excellentissimes pour soi. »

Vice, Laurent Chalumeau

Boulevard de la Mort. Un Tarantino sous forme de road movie déjantée, donnant la part belle à des héroïnes de caractères, sans peur et avec un fort désir de vengeance à quiconque viendra les déranger. D’autant plus que ce quiconque se trouve être un psychopathe de la pire espèce.

Thelma et Louise. L’un de mes Ridley Scott préféré. Deux femmes en weekend pour fuir le quotidien d’un homme abusif, qui se transforme en une cavale mémorable. Cher prix à payer que la défense de leur liberté et de leur vertu.

Vice. Mon premier roman de Laurent Chalumeau. Esperanza Running-Wolf son héroïne qui se met en danger par le simple fait d’être libre, sans entraves et d’embrasser ses désirs, quels qu’ils soient. Ces femmes ont cela en commun de ne croiser que des sociopathes, qui semblent s’octroyer le droit de vie et de mort sur elles. « Une femme libre, ça ne paraît pas grand-chose. Mais pour certains, c’est déjà trop. Comme un vice à corriger.
 C’est ce que va découvrir Esperanza Running-Wolf, 45 ans, directrice de musée vivant sur la côte Ouest des Etats-Unis, femme indépendante, fraîchement séparée du père de sa fille, lequel s’apprête à devenir procureur général de son Etat. Quand le roman s’ouvre, elle profite de sa liberté retrouvée, sort et couche avec qui elle veut, notamment ce chanteur aux airs de bad boy dont le physique compense le manque de subtilité. Elle vient aussi de rencontrer Nick, un photographe avec qui elle entretient une relation épistolaire et numérique a priori sans ambiguïtés (il est marié et vit à l’autre bout du pays) mais pas moins intense. Seulement les choses vont s’emballer et celle qui pensait tout contrôler va se retrouver en danger  : le flirt virtuel devient une histoire d’amour impossible et Nick une obsession pénible ; le bad boy tombe amoureux et se fait menaçant. Et si ce type sympa qui la courtise était finalement le meilleur choix ? L’un d’eux finira par vouloir la faire payer. Mais lequel  ? Et pourquoi déjà ?
« 

Un roman comme un scénario de film. L’histoire d’une vie racontée à son esthéticienne et amie durant les soins prodigués, sous forme de flashback. Mêlant pêle mêle sentiments, actions et réflexion. Celui de la protagoniste mais également celui du narrateur.

Une lecture en un seul bloc, pour ne pas perdre le film, de ses échanges en franglais, ponctués de musique de Country. Et cette sensation lancinante de lire un scénario, que l’on va entendre à tout moment un « Action ! » et que la caméra va s’amuser à nous perdre, à zoomer sur un détail insignifiant ou passer la scène en traveling à une vitesse folle.

Vice ou une lecture atypique. Il m’aura fallu une trentaine de pages pour me prendre au jeu de l’intrigue et de l’écriture incisive et à vif de Laurent Chalumeau, qui manie habilement le verbe et nous subjugue. Si vous commencez Vice, soyez certains de ne pas être en mesure de le poser avant la fin.

Bonne lecture à vous !

Vice de Laurent Chalumeau est disponible aux éditions Grasset

4 réflexions sur “La liberté tient à un embrayage pété

Répondre à Ceciloule - Pamolico Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.