Digital Analyst

Thriller

Persona : (du latin) signifie masque. D’un point de vue marketing, un persona est une personne fictive dotée d’attributs et de caractéristiques sociales et psychologiques et qui représente un groupe cible. Du point de vue de psychiatrie, la personnalité que l’on affiche aux autres et à soi même. 

Persona, Maxime Girardeau

La littérature et la data sont deux de mes principaux centres d’intérêt. Le premier par passion depuis que je suis en capacité de lire seule. Au point de pousser le vice jusqu’au bout et d’embrasser des études littéraires en partie. Le second par un heureux coup du hasard il y a plus de dix ans. J’ai mis le doigt dans le marketing digital par un heureux coup du sort, et n’ai pas quitté ce secteur depuis.

En dix ans, j’ai pu comprendre ce qu’était la data. L’importance qu’elle revêt aux yeux des annonceurs, son traitement par les partenaires à la perf’ ainsi que par les différents moteurs de recherches. Les abus également. Et la législation relative dans l’anonymisation de cette donnée.  Par mon travail, je suis plongée au quotidien dans ces problématiques ô combien intéressantes.

C’est alors avec une curiosité toute naturelle que je me suis intéressée au premier roman de Maxime Girardeau, Persona, qui fait la part belle à la Data, comme outil d’aide à la traque criminelle. La rapidité du Machine Learning confrontée aux techniques empiriques. La jeune génération ultra connectée contre les réfractaires aux réseaux sociaux. La promesse est belle. C’est avait une certaine hâte que je me suis lancée dans cette lecture d’un autre genre. Un thriller 2.0. « Un homme est retrouvé horriblement mutilé dans un bâtiment désaffecté du centre hospitalier Sainte-Anne à Paris. Pour Franck Somerset, commissaire à la Crim’, c’est le début d’une enquête étrange et singulière. Étrange, car ce n’est pas une série d’homicides au sens propre du terme à laquelle il se trouve confronté  : toutes les victimes sont encore en vie, mais elles ont été torturées et «  enfermées  » en elles-mêmes. Singulière, car pour comprendre, Franck Somerset va devoir plonger dans l’univers des nouveaux maîtres du monde – les grands du numérique qui maîtrisent nos vies immatérielles. C’est au cœur de Paris, dans ces tréfonds et au-delà, que Franck va suivre la piste de ce qui ressemble à une vengeance frénétique, folle et pourtant méthodique, où s’affrontent deux mondes, un nouveau qui se persuade de sa toute puissance et un ancien qui ne veut pas mourir … »

Franchir les portes parisiennes de Google, c’est quelque chose que j’aurai souhaité faire dans ma vie parisienne.  A défaut, j’ai pu le faire virtuellement depuis mon salon nantais. J’ai souri devant le name droping des agences publicitaires digitales, avec qui j’ai pu travaillé. J’ai esquissé quelques rictus quant à l’inhumanité prenante d’un monde qui se veut plus humain, pointé du doigt au fil des pages par l’auteur.

Plusieurs thèmes chers au marketing digital sont abordés, comme une litanie, un fil d’Ariane qui façonne l’intrigue du roman. La création de personas tout d’abord, comme catégorisation d’une population. Découpée en grandes typologie sociales et sociétales, qui nous définie en grande famille de consommateur. La mise à disposition de la donnée personnelle, notamment par le biais des Réseaux Sociaux. Quelles sont nos données privées ? Quelles sont celle qui peuvent être exploitées, à notre su et à notre insu.*

Une équipe de policiers du 36 quais des Orfèvres férus de techniques de profilage confrontés à la visualisation de la donnée, comme vecteur entre anonymes. Du Data Lake comme nouvelle base de connaissance, sans limites et sans frontières.

La promesse était belle. Mais je reste sur ma faim. Maxime Girardeau signe avec Persona un triller captivant, d’un nouveau genre. Toutefois, l’exploitation de la data m’a semblé artificielle par rapport à l’intrigue réelle. J’aurai aimé qu’elle soient plus liée dans au nœuds et à l’enquête, et donc au dénouement. Je suis très exigeante en ce qui concerne le genre, je le concède. J’ai passé malgré tout un agréable moment. Et c’est volontiers que je retrouverai la plume de Maxime Girardeau.

Bonne lecture à vous !

Persona de Maxime Girardeau est disponible aux Editions Mazarine.

*Si cette question vous intéresse, je vous recommande les articles RGPD et Eprivacy disponible sur le site de la CNIL.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.