La bonne étoile

Feel Good

Étoile : (nom féminin) Astre, considéré comme exerçant une influence sur la destinée de quelqu’un. Et irrémédiablement, je pense à la sensuelle voix de M, qui fredonne « À la belle étoile // Quelques étoiles filantes // Et toi la bonne étoile // Autour de toutes ces figurantes « 

Plus jeune, j’avais adoré le film Casper avec Christian Ricci, où les esprits – bons, coquins ou mauvais c’est selon – rôdaient et apportaient malgré eux des réponses aux questions existentielles des vivants. Quelques temps plus tard, et dans un registre complètement différent, Le Sixième Sens et son traitement plus noir, plus sombre de la vie après la mort.

Je n’ai pas de croyances particulières quant aux fantômes et autres esprits, mais j’aime le traitement que l’art leur confère. Et la présence omnisciente qu’ils deviennent au sein d’une intrigue, apportant un éclairage pas tant nouveau que différent.

C’est ainsi que je me suis laissée séduire par Laure Rollier, et son roman Hâte-toi de vivre. D’autant plus que l’héroïne a deux vertus qui me sont chères : un surnom masculin et une trentaine en total chantier. « 7 h 53. BAM. Collision. Accident de voiture. À son réveil à l’hôpital, Léo, jeune professeure de philosophie âgée de trente-deux ans, se retrouve nez à nez avec Mamie Lina, qui n’est autre que sa grand-mère décédée. Personnage haut en couleur, à l’humour cinglant, qui donne son avis sur tout – sans qu’on le lui ait demandé –, celle-ci s’immisce dans la vie quotidienne hésitante de Léo et de ses amis Louise et Juju, à un moment décisif de leur existence. Par ses interventions intempestives, cette grand-mère pas comme les autres chamboule tout sur son passage. Mais, en confrontant Léo à ses peurs, elle fait à sa petite-fille le plus beau cadeau : le courage de saisir la vie à pleines mains – et de donner une chance au bonheur. »

Léo. Prof de philo. Passionnée par ses enseignements et ses élèves. A la vie d’une ado attardée. Ce portrait avait définitivement tout pour me plaire. Au fil des pages, elle va définitivement quitter l’enfance pour embrasser sa vie de femme, faisant tomber ses préjugés et ses œillères. Et découvrir que la vie de ses proches n’est pas toujours ce qu’elle s’imaginait être. Une jolie leçon de vie.

Hâte-toi de vivre de Laure Rollier se lit d’une traite et apporte un vent de fraicheur sur le traitement des trentenaires un peu paumés, sujet que j’affectionne, comme vous l’aurez compris, particulièrement, tâchant par là de me rassurer parfois quant à moi-même.

Belle lecture à vous ! 🎈

Hâte-Toi de vivre de Laure Rollier est disponible aux éditions le livre de poche

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s