Paint it Black

Horreur

Bourbon : (nom masculin) alcool analogue au Whisky, à base de Maïs, fabriqué aux Etats-Unis. C’est aussi la potion magique d’un certain Kid, qui après l’avoir bu, obtient une force surhumaine. Et une voix signature. La rocaille.

Le Pape, le Kid et l’Iroquois, Anonyme

Lorsque vous vous immergez dans un livre d’Anonyme, un voile noir se pose sur le décor. L’intrigue se déroule sous vos yeux en noir et blanc, excepté les touches vermillons. Tout du moins, c’est comme cela que je vis ma lecture. Et quoi de mieux que les Stones pour illustrer parfaitement cette absence de couleur. Si vous préférez opter pour la version couleur, choisissez l’option Tarantino, qui dans Kill Bill, fait passer subitement l’écran en noir et blanc pour éviter l’overdose d’hémoglobine.

Avec le Pape, le Kid et l’Iroquois, nous assistons à la rencontre des deux personnages centraux de l’œuvre anonyme.  A savoir le tueur de vampire, j’ai nommé le Bourbon Kid et la machine à tuer sortie de Vendredi 13, l’Iroquois. Comme un gout de match de catch dans le kitsh, mais c’est tout le charme de cette série Z.  A noter toutefois qu’à l’instar du Cimetière du Diable, l’intrigue est parallèle aux autres romans, mais apporte des éclairages nouveaux sur certains faits divers ou comportements.  « D’un côté, le Bourbon Kid, tenant du titre de tueur en série le plus impitoyable et le plus mystérieux que la terre ait jamais porté. De l’autre, avec plus d’une centaine de victimes à son actif, l’Iroquois, blouson de cuir rouge, masque d’Halloween surmonté d’une crête, challenger et sérieux prétendant au titre. Le combat s’annonce terrible.
Dans les coulisses : une organisation gouvernementale américaine spécialisée dans les opérations fantômes, une nonne, un sosie d’Elvis, quelques Hells Angels et une cible de choix pour nos psychopathes frénétiques : le pape, en voyage secret aux États-Unis.
Sur la musique de Grease, nous vous convions au spectacle littéraire le plus déjanté de la décennie. »

Des prostitués agents secrets. Dr Jekyll sans M. Hyde. Mozart, l’homme au mille visage. Un sosie d’Elvis. Le Pape. Bébé qui veut devenir Sandy Olson et ainsi sortir de son coin (pardon). Frankestein. Une nonne psychopathe. Imaginez ce glorieux casting rejoindre nos deux sympathiques tueurs dans un remake de Jason Bourne. Mélangez le tout et vous obtenez un savoureux mélange de gore, de trash et de politiquement incorrect, complètement barré s’il est encore utile de le préciser.

Comme à l’accoutumé, je me suis éclatée comme une petite folle pendant cette lecture. Pas le temps de s’ennuyer, ni de se poser de questions. L’intrigue avance tambour battant, en laissant son lot de cadavres coupables au passage. J’ai également beaucoup ri, ne serait ce que grâce aux conversations lunaires.  Comme si Le Machete donnait la réplique à Bree Van der Kamp.

En bref, Le Pape, Le Kid et l’Iroquois d’Anonyme est une lecture délicieusement barrée, imaginative et sans limites. J’ai tout bonnement adoré, d’autant plus que la plume est fluide, et contre toute attente, le verbe relativement haut.

Bonne lecture (déjantée) à vous !

Le Pape, le Kid et l’Iroquois d’Anonyme est disponible aux éditions Le Livre de Poche.

2 réflexions sur “Paint it Black

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s