Ver de terre amoureux d’une étoile

Feel Good

Romantisme : (courant littéraire) apparu en Allemagne à la fin du XVIIIe siècle et en France au début du XIXe siècle, ce mouvement littéraire et culturel européen concerne tous les arts. Il s’oppose à la tradition classique et au rationalisme des Lumières, et vise à une libération de l’imagination et de la langue. Il privilégie notamment l’expression du moi et les thèmes de la nature et de l’amour. Rappelons que son berceau français est Breton, grâce à notre renommé dépressif Chateaubriand. Le climat n’est évidemment en aucun cas le facteur aggravant de cet état.

La Citadelle, d'Eric Metzger

J’ai une profonde affection pour le courant romantique, mon préféré parmi les autres, et de loin. Je me répète quelques peu mais cela a son importance dans ma perception du dernier roman d’Eric Metzger, La Citadelle. On y retrouve la patte de ses précédents opus, en ceci que nous suivons les pérégrinations d’un trentenaire au prénom désuet, qui se cherche. Et ça me parle.  Énormément. A ceci prêt que l’intrigue aurait tout aussi bien se dérouler en Bretagne, mais je suis pas sûr que les Vieilles Charrues eussent été propices au psyché torturé et tortueux de notre héros.

Là où nous avions fait une descente aux enfers et rencontrer les pires canailles dont elles puissent être habitées dans Les Orphee, nous entrons ici dans un cercle inédit. Celui de l’enfer personnel, intrinsèque à sa personnalité. Celui qu’on ne peut fuir, qui nous condamne à une vie d’errance perdue. L’enfer des romantiques. Le mal être exacerbé et romancé, qui touche au sublime.

Et quoi de plus sublime qu’une histoire d’amour avortée, mal vécue par l’attente inassouvie et qui tend vers une haine tant l’être aimée est portée aux nues. Qui se passe dans un paysage changeant et isolé, à l’instar de la duplicité de son protagoniste principal, Émile. Jugez en vous même : « Après une année passée sous le soleil gris de Paris à rédiger des devoirs sans fin, Émile atterrit en Corse avec des amis. Le paysage splendide de Calvi illumine son été, ainsi qu’Andréa, une jeune Corse rencontrée au pied de la citadelle. Par orgueil, Émile refuse de tomber amoureux, quitte à en éprouver de terribles regrets. L’énigme d’Andréa ne cessera jamais de le hanter, au point de bouleverser son existence. Ce sont là les débuts d’Émile dans la vie. L’histoire d’une défaite autant que d’un succès, où il est question d’espoirs, de remords et d’envie. »

Nous assistons à un drame en cinq actes savamment orchestrés, dont les racines prennent source dans le caractère du héros stendhalien Julien Sorel. Dont Émile n’a de cesse de faire référence, car sujet de sa thèse, car double maléfique. On ne peut que se demander si son travail l’influence ou si sa personnalité en elle-même s’est portée sur ce choix de caractère. Malgré tout, c’est au Werther de Goethe que notre jeune ami m’a fait songé. Dans ce renoncement menant à l’agonie, qui le fait se perdre lui même. Andrea incarnant une Lotte au caractère fort et insaisissable.

J’ai aimé quitter les nuits parisiennes poisseuses pour une corse chaude et festivalière. J’ai associé l’ambiance italienne paisible du Talentueux M. Ripley à toute ma lecture, avec sa bande son en arrière fond musical. Le fait du premier acte peut être. Le fil d’Ariane de la condition sociale à la fois perçu  comme frein et comme cheval d’orgueil certainement. Je n’ai pu que penser, dans les tourments dont son âme fait preuve, au « ver de terre amoureux d’une étoile » même s’il n’a pas le courage de Ruy Blas.

Car c’est de cela qu’il s’agit après tout. Émile est pleutre. Il a peur. Peur d’aimer, d’être aimé pour ce qu’il est et non pour ce qu’il essaie de paraître. Peur de la mise à nue de son âme, et plus Andréa s’en rapprochera, plus il la tancera et la repoussera. Cercle vicieux dont on attendrai une fin plus légère et joyeuse, mais dont on sait qu’elle sera impossible.

Je crois que quand il s’agit d’Eric Metzger je ne suis pas objective. Sa plume me parle réellement, je m’y retrouve par moment, et surtout je ne peux que constater qu’elle s’affûte à chaque nouveau roman. Avec La Citadelle, il signe un roman romantique au sens hugolien du terme, dont je ne pouvais par essence que vanter les mérites.

Belle lecture à vous !

La Citadelle d’Eric Metzger est disponible aux Editions Gallimard – L’Arpenteur.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s