White Rabbit

Feel Good

Nostalgie : (nom féminin) Regret mélancolique d’une chose révolue ou de ce qu’on n’a pas connu. En d’autres mots, le spleen si cher à Baudelaire.

Perte et Fracas, de Johnatan Tropper

Si je ne devais retenir qu’une musique de la bande son du film Las Vegas Parano, ce serait White Rabbit des Jefferson Airplane. Si je ne devais retenir qu’une scène, ce serait celle où Benicio Del Toro se prend pour une Alice d’un autre genre et va courir le lapin. C’est loin d’être le meilleur film que j’ai vu mais cette scène aura eu le mérite de m’inspirer pour le titre de cet article.

Si je ne devais retenir qu’une série, de celles dont je me suis délectée non sans un certain plaisir coupable, pendant quelques années, je choisirais Desperate Housewives. Ce voisinage propret avec ces stéréotypes de femmes plus ou moins au foyer est un vrai bonbon addictif. J’ai d’ailleurs toujours imaginé les banlieues américaines sur ce modèle lisse et rigide.

Mélangez ces deux ingrédients aux antipodes et vous obtenez le décor de Perte et Fracas, de Jonathan Tropper, dans lequel évolue Doug, jeune veuf porté sur le bon vieux Jack en guise de petit déjeuner : « Doug a 29 ans et il est veuf. Depuis deux ans. Depuis que l’avion dans lequel voyageait Hailey a explosé en plein vol. Et depuis, Doug se noie dans l’autoapitoiement comme dans le Jack Daniel’s…Jusqu’à ce que sa petite famille débarque en force. Son beau-fils, Russ, en conflit avec l’humanité entière. Sa jumelle, enceinte, qui décide de s’installer chez lui. Et sa plus jeune soeur, qui s’apprête à épouser l’ex-meilleur ami de Doug… rencontré à l’enterrement de Hailey ! Sans oublier son père, qui commence à perdre la tête et lui demande régulièrement des nouvelles de sa femme, ou encore sa voisine qui s’obstine à lui susurrer des mots cochons à l’oreille… Et que dire de ses allures d’écrivain ténébreux qui lui attirent les faveurs de la gent féminine et des grands éditeurs, grâce à sa chronique hebdomadaire «Comment parler à un veuf» qui a fait de lui une star ! »

J’ai eu du mal à rentrer dans l’intrigue, le style de l’auteur, l’histoire. Je ne savais pas à quoi m’attendre. Mais comme souvent, le problème avec les recommandations tient dans le fait que nous avons tendance à placer haute la barre de nos exigences. Déçu par essence donc. C’est long cinquante pages à ce demander ce qu’on fait là. C’est un coup à perdre quelque temps le goût de la lecture. En tous cas pour ma part.

Une fois l’histoire lancée par contre je n’ai plus pu m’arrêter. On évolue dans une famille bourgeoise hautement dysfonctionnelle, qui n’a plus vraiment pied avec la réalité, si ce n’est par le prisme du brouillard causé par l’alcool et autres psychotropes. On se prend d’affection pour ces doux dingues qui ont vécu les pires drames, et qui peinent à se relever.

La force de l’auteur réside dans sa capacité à rendre féroce et cynique des étapes telles que la reconstruction dans le deuil. Et en amenant le lecteur à se projeter sur ses propres blessures. L’intrigue est menée à bâton rompue comme celle d’un film hollywoodien, où nous serions derrière la caméra, et pour lequel nous n’aurions pas envie de lire le mot fin.

Même si je reste mitigée quant à celle lecture, si vous êtes amateurs de second degré, Perte et Fracas de Jonhatan Tropper est fait pour vous.

Belle lecture 🎈

Perte et Fracas de Jonathan Tropper est disponible aux éditions 10/18.

Une réflexion sur “White Rabbit

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s