La fin de l’enfance

Non classé

Adolescence : (Nom féminin) entre deux séparant l’enfance et âge adulte, l’âge ingrat pour certain où les repères sont modifiés et les caractères incompris. Ou quand j’étais au summum de mon style avec des gilets dignes du Père Noël est une Ordure.

J’ai désormais très bon goût en matière de coussins

Los Angeles ou la cité des anges déchus. C’est ce que représente la ville à cette époque à mes yeux. L’âge d’or d’Hollywood est révolu, nous sommes dans une ville de paraître et de vices, c’est en tout cas tel que James Ellroy aimait à la peindre dans son Quatuor de Los Angeles. Ajouter à cela un certain ennui et une envie de transgresser les règles pour se sentir vivant. Saupoudrez le tout d’un tyran narcissique à l’aura envoûtante. Vous obtenez un cadre de vie assez dérangeant, voire effrayant.

The Girls, livre coup de poing de la rentrée littéraire 2016, réécrit à travers les yeux d’une adolescente en mal de repères, les prémisses  d’un massacre. Le fait que Tarantino tisse l’intrigue de son prochain roman autour de Charles Manson n’a pas été anodin dans mon choix. Quant au quatrième, il nous dresse en grosses mailles l’intrigue, et surtout les prémisses d’un chaos sans précédent : »Californie, fin des années 1960. Evie Boyd, quatorze ans, vit seule avec sa mère. Lorsqu’elle se dispute avec sa seule amie, Evie se tourne vers un groupe de filles dont la liberté et l’atmosphère d’abandon qui les entourent la fascinent. Séduite par l’aînée, Suzanne, elle se laisse entraîner dans une secte au leader charismatique, Russell. Leur ranch est aussi étrange que délabré, mais, aux yeux de l’adolescente, il est exotique, électrique, et elle veut à tout prix s’intégrer. Son obsession pour Suzanne grandissant, Evie ne s’aperçoit pas qu’elle s’approche inéluctablement d’une violence impensable. »

Emma Cline nous entraîne sur les traces d’un Charles Manson nommé Russel, mais surtout dans les arcanes de sa communauté marginale. Elle prend toutefois le parti de mettre au centre du roman les vicissitudes de l’adolescence, et les choix douteux qui peuvent être faits à cet âge-là, en l’absence de repères.

Nous suivons donc Evie, héroïne malgré elle, mal dans sa peau changeante et ne sachant pas assumer sa sexualité. Sa vie aurait dû être dorée sous le soleil californien. Mais sa rencontre avec une nymphe paumée et droguée, dont elle va tomber amoureuse et ne verra en elle que la pureté, complique cet « American Dream ». On entre dans une secte sans repères, hormis les jalons posés par un homme à l’ego fou, refusant de n’avoir aucun talent aux yeux de la société. Et qui est prêt à sacrifier l’âme des autres, dont il se sert comme bras armé de sa vendetta personnelle.

J’ai vraiment aimé le traitement de la secte Manson donnée par Emma Cline, qui fait la part belle aux âmes perdues faciles à manipuler et à duper. C’est une lecture nouvelle qui s’attellera à montrer la force persuasive d’un gourou, tout en le reléguant au rôle de second couteau. Je ne saurai donc que trop vous conseiller la lecture de The Girls.

Belle lecture à vous ! 🎈

The Girls d’Emma Cline est disponible aux éditions 10/18.

Une réflexion sur “La fin de l’enfance

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s